12142018Headline:

Depuis à la Haye: Laurent Gbagbo, a fait un important don lors des funérailles de son défunt compagnon de lutte, Sangaré, à la place Ficgayo de Yopougon.

 

L’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, a fait un important don lors des funérailles de son défunt compagnon de lutte, Abou Drahamane Sangaré, le vendredi 30 novembre 2018 à la mythique place Ficgayo de Yopougon. Il n’a pas manqué de lui rendre un témoignage édifiant.

Depuis son séjour carcéral de la prison de Scheveningen à la Haye, le fondateur du Front populaire ivoirien, n’a pas voulu rester en marge de l’élan de solidarité qui a lieu autour des obsèques de feu Abou drahamane Sangaré, ex-premier vice-president du Fpi.

C’est à Michel Gbagbo qu’il est revenu la tâche de presenter le don, qui s’élève à 3 millions de Fcfa. « Nous sommes aux funérailles du jumeau de Laurent Gbagbo et vous savez où il se trouve actuellement. Le don du président Laurent Gbagbo s’élève à 3 millions de francs et est reparti comme suite : 1 million pour la tombe, 500 milles pour la famille et ses trois enfants et enfin 1.5 millions pour l’école de sa dernière fille », a présenté le fils ainé de l’ex-chef d’Etat ivoirien.

Bien avant, par le biais du ministre Hubert Oulaye, le président Laurent Gbagbo a également rendu un hommage mérité à l’ex ‘’gardien du temple ‘’, figure emblematique du FPI. « Sangaré tu as su garder la maison contre les flots et les tempêtes. Ton calme et ta sérénité ont toujours donné de l’espoir. Tu as été là pour sauver la maison à tous les moments. Sangaré, tu es resté l’homme des missions difficiles et ingrates de notre parti. Tu es resté un grand serviteur de l’Etat à la confiance incorruptible. Notre destin commun nous a porté de l’unicité politique à l’unicité familiale. Tu me l’as prouvé encore un jour d’avril 2011 lorsque tu as décidé de venir avec ta mère a la résidence de la République de Côte d’Ivoire déjà à feu et à sang. J’ai encore en mémoire le courrier que tu m’as envoyé pour me témoigner ta fidélité dans cette dure épreuve. Soundjata Keïta, le roi du Manding était notre référent commun qui ne cessait de nous rappeler que la mort vaut mieux que le déshonneur. Homme très peu bavard, tu te contenterais de funérailles simples ou même pas mais excuse-moi, tu le mérites. La mort enfouit le corps de l’homme mais jamais sa réputation. Je t’entends me dire Laurent ne m’abandonne pas, n’abandonne jamais. Sang je te promets qu’au nom de notre engagement commun, jamais je ne t’abandonnerai. Je reste à la tâche même privé de liberté. Je tiendrai debout, je te le dois. Maintenant mon sang repose en paix et que ton âme ne soit point troublée. Tu as mené le bon combat. Tu as droit au repos que méritent tous les combattant des causes justes. »

Jean Kelly Kouassi

 

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment