10242020Headline:

Depuis la France: Serges Kassy fait des révélations sur Bathelemy Inabo Zouzoua

inabo

Il est en exil en France depuis deux ans. Cependant, Serges Kassy, le raggaeman ivoirien engagé, ne dort pas sur ses lauriers. Il a, à son actif, plusieurs spectacles depuis l’hexagone. Mais ceux qui ont fait pour qu’il soit ce qu’il est aujourd’hui, il ne les a jamais oubliés. Parmi ceux-ci, figure l’ancien animateur de la RTI, Bathelemy Inabo Zouzoua
dit « BIZ ». Dans une publication sur sa page facebook, il rend un vibrant hommage à l’homme pour sa décison courageuse qui l’a propulsé sur la scène musicale en Côte d’Ivoire en tout début de sa carrière. Voici en substance ce qu’il dit de BIZ:
“Je me souviens comme si c’était hier, je venais de finir mon premier album « I’m proud » et une polémique est née au sein de mon staff quant au choix du titre pour la promo. Mon producteur mon ami Eugène Kacou avait comme choix le morceau « Yeletian » et tout le staff avec, moi minoritaire était pour le morceau « C’est pas da ni bloh ». Le staff m’a même forcé à enlever le mot « cui » dans « ton cui est dehors… » car il trouvait cela obcène, et je leur ai dit jamais car pour moi c’est l’essentiel du morceau, et ceci a créé une polémique et une division au sein du groupe. Entre-temps, artiste en herbe que j’étais, un ami et frère qui croyais fortement en moi prenais le risque de me faire passer avec ma maquette à ses émissions publiques comme varietoscope à l’insu de ses chefs car en ce temps, les maquettes ne passaient pas à la télé. Et lui, à la demi finale de cette grande émission, il me fit passer au forum de l’université avant le grand Alpha Blondy qui venait de sortir son album « War tribale». Après donc le cocktail de presse pour la présentation de « I’m proud » mon premier album en 1990, mon producteur imposa « Yeletian », et avec une copie de la cassette, je suis allé à la RTI. Dans la cour j’aperçois PACO mon ami et frère entendez Barthelemy Inabo, et je lui demande d’écouter ma cassette. Il prit le temps d’écouter et il tomba sur le morceau « C’est pas da ni bloh », il se mit à rire, et me dit : « sacré sergent ». Je lui dit donc que mon producteur n’aime pas cette chanson alors que je sais que c’est cette chanson qui risque de prendre. Et PACO me dit : « Sergent le vendredi je te fait passer à mon émission advienne que pourra. Je prend le risque ». Et c’est comme ça, un soir à la télé à l’émission de Georges Tai Benson présentée par Barthelemy Inabo, les Ivoiriens découvrent un jeune et frêle artiste dans une salopette bleu ciel chantant le morceau : « C’est pas da ni bloh » qui a fait mouche tout en faisant de moi ce que je suis devenu aujourdhui. Un artiste engagé et mondialement connu, cela grâce à un jeune animateur de télé qui a cru en moi et qui m’a donné ma chance à une heure de grande écoute en Côte d’ivoire et dans une grande émission de collecte de fond pour aider des Ivoiriens en difficulté. Je voudrais à travers ce post, rendre hommage à un ami et frère qui a eu le nez creux et à contribuer à faire de moi ce que je suis devenu. Merci Barthelemy Inabo ».

Comments

comments

What Next?

Recent Articles