12132017Headline:

Depuis Séguéla, Ouattara garantit la CNC “Youssouf Bakayoko est à sa place” donc il ne sera pas remplacé”

 

ouatara seguela

Ouattara affirme que des «idiots» ont voulu mettre fin à la vie de Youssouf Bakayoko

Le chef de l’Etat ivoirien a dimanche à l’occasion du dernier meeting qu’il a animée àSéguéla dans la région du Woroudougou dans le cadre d’une visite d’état entamée dans le District du Woroba mis fin au rêve de l’opposition, notamment la Coalition nationale pour le changement (Cnc) qui ne veut pas voir,Youssouf Bakayoko à la tête de la Commission électorale indépendante (Cei).

Alassane Ouattara a été clair sur ce sujet en ne prenant pas en considération cette proposition qui tient beaucoup à la Cnc comme constaté sur place par KOACI.

Sur un ton ferme, le chef de l’Etat ivoirien a indiqué à l’endroit de la Coalition de l’opposition, que “Youssouf Bakayoko est à sa place” donc il ne sera pas remplacé.

“Tous ceux qui veulent des élections transparentes et apaisées savent qu’avec son expérience, son intégrité, avec la confirmation des résultats de l’élection par la communauté internationale. C’est l’homme qu’il fallait à la place qu’il faut. Donc il est à sa place. Et je sais que lui et la Commission électorale conduiront cette élection de manière totalement transparentes , équitables et apaisées,” a déclaré Ouattara à l’endroit des parents deYoussouf Bakayoko  dans la matinée de ce dimanche à l’occasion de son meeting de clôture au stade de Séguéla.

Le chef de l’Etat rendant hommage à celui qu’il appelle affectueusement le doyen a rappelé certains faits qui se seraient produits lors de la dernière élection présidentielle.

Il a affirmé que “beaucoup ne savent pas qu’à l’occasion de cette grave crise qui a secoué notre pays, des personnes lui avait mis le fusil à la tempe pour qu’il déclare l’ancien président vainqueur autrement aux résultats des urnes.”
Selon lui,Youssouf Bakayoko n’a pas cédé sous la menace de l’arme et a déclaré que s’il mourrait les résultats ne pourraient pas être proclamées.

“Il a dit mais si vous me tuez, ça sera terminé personne ne pourra donner les résultats et c’est comme cela, ces idiots ont compris qu’ils n’avaient pas à tuer Youssouf Bakayoko,” a précisé le chef de l’Etat ivoirien.

Face donc au courage du fils du Worodougou, Ouattara estime que très peu de gens résisteraient à voir un fusil sur leur tempe.

“Je voudrais donc le rendre hommage pour son intégrité et dire que nous avons confiance en lui. Et je voudrais que vous sachiez queYoussouf Bakayoko est un homme courageux. Un homme de conviction, de devoir,” a-t-il insisté.
Justifiant l’absence du président de la CEI durant la visite d’Etat qu’il a initié dans le district, le chef de l’Etat ivoirien explique.

“Je commence par le doyen Youssouf Bakayoko, le doyen de laCei qui aurait voulu bien être avec nous. Mais bien évidemment, beaucoup serait dit, voilà il y a les élections, il prend parti. Il m’a informé qu’il préférerait être avec nous de tout cœur.”

En plus de Youssouf Bakayoko, Alassane Ouattara a également rendu hommage à plusieurs fils du Worodougou, notamment le père du Secrétaire général par intérim, Amadou Soumahoro.

Wassimagnon, Seguela

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment