07182024Headline:

Désobéissance Civile : ” Il faut mettre fin à l’impunité dans notre pays” (Alassane Ouattara)

Le Président Ivoirien a été ferme hier lundi à la cérémonie de son investiture. Pour Alassane Ouattara, la justice ivoirienne doit travailler de sorte à éradiquer sur le sol ivoirien l’impunité,car selon lui, nul n’est au dessus de la loi .

“La Côte d’Ivoire est un Etat de droit, respectueux des droits humains. Notre Constitution garantit à chaque citoyen le droit de vote. Ce droit civique a pour corollaire la liberté de tous d’exercer leur droit de vote.
Après l’élection présidentielle de 2010 et la malheureuse crise post-électorale qui a occasionné plus de 3000 morts, notre pays a renoué avec des élections apaisées en 2015. En effet, l’élection présidentielle de cette année-là s’est déroulée dans un climat de paix, nous faisant légitimement penser que le temps des violences électorales était définitivement révolu.
Malheureusement, l’élection présidentielle du samedi 31 octobre 2020 a donné lieu à des violences et à des actes intolérables constitutifs d’infractions pénales. Je condamne avec la plus grande fermeté ces actes de violence qui ont entraîné des pertes en vie humaine et des destructions de biens publics et privés.
Ces actes graves ne doivent pas rester impunis. Il faut mettre fin à l’impunité dans notre pays car c’est une exigence pour le respect des droits humains. Nul n’est au-dessus de la loi.
La vie des Ivoiriens et des populations vivant en Côte d’ivoire ne doit pas être sacrifiée pour nourrir des desseins politiques,” a déclaré Alassane Ouattara.

Notons que depuis l’annonce de sa candidature à l’élection président du 31 octobre 2020, la Côte d’Ivoire connaît une instabilité, et une présence sans précédent de l’incertitude du lendemain chez les ivoiriens . L’opposition, de son côte instaure la Désobéissance civile, une initiative du Président Henri Konan Dédié qui jusqu’à présent est en vigueur. Une centaine d’ivoirien a perdu la vie lors de violences électorales. Le troisième mandat du Président Alassane OUATTARA est fortement contesté en Côte d’Ivoire. L’opposition parle de viole de la constitution. Bientôt un mot d’ordre pour une marche en faveur d’un dialogue national sera lancé.

Sapel MONE

What Next?

Related Articles