05242022Headline:

Donbass-Crimée: le corridor stratégique de la Russie

Ils étaient nombreux à en rêver en Russie. C’était un des objectifs de ce que le Kremlin appelle l’opération militaire spéciale : créer une continuité territoriale entre les territoires pro-russes du Donbass et la Crimée. C’est fait et surtout, Moscou veut aussi envoyer ce message : c’est irréversible.

Le trajet fait avec l’armée russe, va de Rostov, en Russie, à Simferopol, en Crimée. La première étape, c’est Marioupol, et son port pris le 21 avril dernier, dit la Russie.

Le bruit des vagues et les cris des mouettes sont ponctuellement déchirés par l’artillerie qui pilonne toujours Azovstal. L’usine n’est qu’à une poignée de kilomètres, de l’autre côté de la baie. La fumée qui s’en dégage est visible depuis les bateaux encore amarrés au port. Le bâtiment du commandement militaire ukrainien, le Donbass, est détruit, d’autres sont échoués, coulés et minés, disent les soldats russes. Les mines sont posées dans toute la zone.

« Un groupe de plongeurs démineurs travaille en ce moment sur la zone maritime du port, et le deuxième groupe démine la zone portuaire. À l’heure actuelle, l’élimination des mines est en cours. Il y a des mines sur la jetée. Les équipes de neutralisation des bombes les désamorcent et les stockent. Plus tard, ils les emporteront et s’en débarrasseront », explique le colonel de l’armée russe, Sergey Alexandrovich.

Démineurs et soldats patrouillent sur un port quasi vide. Wagons et cargaison de minerai abandonnés, grues qui se balancent dans le vent, et en surplomb, hauts de plusieurs dizaines de mètres, les gigantesques silos à blé, vides, désormais inutiles. L’un d’eux a été très visiblement transpercé par un tir. Ce n’est pas d’ici, en tout cas pas avant longtemps – et personne n’a pu nous donner de délai- que partiront les prochaines récoltes de toute cette zone qui longe la mer d’Azov. Avec les troupes russes le long de la route, on pouvait voir ces dernières heures, les champs de colza jaune éclatant, du blé à fourrage, les pommiers et cerisiers en fleur.

« Tout est désormais calme »
Comment cela se passe-t-il dans les territoires où l’armée russe est arrivée ces dernières semaines ? À Berdiansk ou à Melitopol, où des contestations et des manifestations ont eu lieu ? À Berdiansk comme à Melitopol, le message envoyé par l’armée russe, c’est « tout est désormais calme et sous notre contrôle ».

À Berdiansk, la presse a été invitée à la reprise des mariages par l’administration « militaro-civile de transition », c’est le terme utilisé. Le nouveau maire prononce les vœux de 6 jeunes couple « Chers jeunes mariés, aujourd’hui est un jour heureux dans vos vies. Aujourd’hui, votre famille est née. Puissiez-vous vous souvenir de ce jour pour le reste de votre vie et vous apporter le bonheur, la joie et un foyer et une maison »

C’est un affichage de normalisation, mais la ville vit encore sous assistance et distribution d’aide humanitaire. Elle accueille, c’est vrai, de nombreux évacués de Marioupol, mais surtout, elle dépend pour ses approvisionnements notamment de Zaporijjia, toujours sous contrôle ukrainien.

Un commerce tourné vers la Russie
Mais l’idée est de montrer que la Russie a de toute façon désormais bien la main sur ces territoires. Internet n’est pas stable, mais le rouble commence à circuler à Melitopol, et surtout, la nouvelle maire, Galina Danilchenko Viktorovna, a des projets pour la ville, et une nouvelle orientation totalement tournée vers la Russie.

« Après 2014, l’économie a commencé à se détériorer, car nous avions de moins en moins d’opportunités de livrer en Russie, en Biélorussie et au Kazakhstan, nos principaux marchés cibles. Alors que maintenant, les hommes d’affaires se préparent à ces livraisons : ils relancent d’anciens contacts, font des offres et attendent que les systèmes de paiement recommencent à fonctionner. Nous pourrons recommencer à faire des livraisons dans nos pays frère », dit-elle.

Au tout nouveau poste frontière sur la route entre Melitopol et la Crimée, il y a régulièrement le bruit assourdissant des avions et des hélicoptères. Des bases militaires de la région partent que de plus en plus, les renforts de l’armée russe pour continuer l’offensive sur le Donbass.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles