10212018Headline:

Elections locales du 13 Octobre 2018: Seydou Koné, président du Mosar, exhorte les Ivoiriens à la cohésion sociale et à la réconciliation.

Le Mouvement de soutien aux actions républicaines (Mosar) présidé par Seydou Koné, a encouragé les acteurs politiques ivoiriens à parler le même langage à la faveur des municipales et régionales pour un scrutin apaisé, le 13 octobre prochain.

«Quelles que soient les appartenances politique, ethnique et religieuses, main dans la main, tous doivent parler le même langage. Et montrer ainsi, la maturité politique et sociétale des Ivoiriens», a déclaré Seydou Koné au cours d’une conférence de presse, vendredi dernier, dans un complexe hôtelier situé à Yopougon. Pour ce faire, le leader du Mosar et ses collaborateurs souhaitent la mise à contribution des têtes couronnées, garants de la tradition. Abordant le thème, « campagne et élection apaisée, gage de maturité politique », le conférencier a invité les Ivoiriens à la promotion des valeurs républicaines, de la cohésion sociale, du partage et de la réconciliation réelle en Côte d’Ivoire. Concernant le point de ses activités à mi-parcours, Seydou Koné invoque un bilan presque positif. A l’en croire, des campagnes de sensibilisation sur les thématiques, cohésion sociale, réconciliation et paix, ont été effectuées à travers Yopougon et d’autres communes du district d’Abidjan et bientôt à l’intérieur du pays. Pour lui, en tant qu’observateur de la société civile, la Côte d’Ivoire gagnera son pari en renforçant la solidarité et l’union des fils et filles du pays.

«Nous pouvons régler nos différends et nous réconcilier véritablement. Il faut savoir les fondements des différentes crises que nous avons connues. C’est-à-dire ce qui a provoqué chaque crise et à partir de là, nous pourrions trouver des solutions à chacune d’elle. Nous avons déjà entamé des visites chez des victimes depuis que notre association existe. Nous les avons réconfortées et exhortées au pardon et à la réconciliation. Les deux grandes communes Abobo et Yopougon ont souffert, il faut donc accompagner le Président Alassane Ouattara dans sa politique de réconcilier les Ivoiriens. Il a libéré des prisonniers, un acte de bravoure, de grand homme d’Etat. Nous voulons exhorter les Ivoiriens à la paix et au civisme, gage de tout développement. Nous tirons donc la sonnette d’alarme. Il nous faut des élections apaisées en tirant les leçons du passé sombre», a déclaré Seydou Koné. A ce jour, ce sont 120.000 victimes qui ont été répertoriées dans la base de données du Mosar.

David YALA

secrom

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment