08112020Headline:

Elections présidentielles 2020 en Côte d’Ivoire / Rencontre avec la CEI : PDCI et EDS claquent la porte

La rencontre de l’opposition avec la Commission Électorale Indépendante a tourné au vinaigre mercerdi alors qu’ils tentaient de trouver un terrain d’entente sur le deroulement des élections d’octobre 2020.

Le président de la Commission Électorale Indépendante (CEI), Kuibert-Coulibaly, les partis politiques et la représentante résidente du Programme des Nation-Unis pour le Développement (PNUD) en Côte d’Ivoire, ont eu une rencontre heir mercredi 8 juillet 2020 au bureau du PNUD sis au Plateau, pour entamer les discussions autour du mécanisme de parrainage, nouvelle donne dans le processus électorale pour les élections présidentielles.


L’ordre du jour étant controversé et n’étant pas approuvé par la Plate-forme EDS, une organisation politique proche de Laurent Gbagbo, a boudé les échanges, avec la présidente de l’URD, Danièle Boni-Claverie, et le porte-parole du Pdci, Ndri Narcisse. Ils ont quitté la salle de réunion. Ces partis de l’opposition ont regretté que le PNUD ne réagisse pas sur leurs griefs, entre autres, la composition actuelle de la CEI, qu’ils réfutent. Pour ces partis et groupements de l’opposition, la CEI est inféodée de membres proches du pouvoir, consacrant son déséquilibre.

Cependant, la rencontre s’est poursuivie et Kuibert-Coulibaly Ibrahime président de la CEI a annoncé que les partis politiques ont 45 jours au lieu d’un mois à compter du 16 juillet 2020 pour préparer le parrainage en vue de la future élection présidentielle. A en croire Kuibert-Coulibaly, pour l’exécution des 45 jours, il faut qu’il y ait une liste sur la base de laquelle les parrains que sont les électeurs puissent être identifiés.

«Voilà pourquoi nous proposons aux partis politiques, le recours à la liste électorale de 2018 et 15 jours après la liste électorale de 2020 provisoire, sera disponible de sorte qu’ils auront la chance d’avoir 2 listes; étant entendu que la liste de 2020 n’est rien d’autre que celle améliorée de 2018, cela n’a rien de dommageable », a t-il fait savoir avant de préciser que la liste électorale de 2018 sur clé USB et les statistiques de la population électorale par région ont été remises au parti politiques. Il a promis que dans les jours à venir les partis politiques recevront les imprimés et tous les documents supports permettant de comprendre le mécanisme du parrainage.

Pour être donc candidat, il faut que le candidat recueille 1% de l’électoral local dans 50% de toutes les régions et districts de Côte d’Ivoire, soit 17 régions (un quota de 1% étant requis par région) pour faire des collectes, devant être déposées à la CEI et au Conseil constitutionnel pour validation.
Carol Flore-Smereczniak, la représente résidente du PNUD, a salué l’initiative de la discussion en indiquant que le sujet mérite d’être débattu et surtout clarifié, car « tout le monde ne maîtrise peut-être pas tous les contours de la question de parrainage», a t- elle dit. Le PNUD se fait-il complice des magouilles du pouvoir ? Il y a une suspicion légitime qui s’est installée entre la CEI, le PNUD et l’opposition ivoirienne

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Recent Articles