02032023Headline:

En Alsace, la demande de bois de chauffage flambe

La demande a “carrément explosé, on n’arrive plus à suivre”: face à la hausse des prix du gaz et de l’électricité, le bois de chauffage connaît un véritable boom, contraignant les vendeurs à “rationner”, voire à refuser des clients.

En cette mi-décembre en Alsace, le mercure plonge largement en-dessous de zéro depuis quelques jours. Vendeur de bois de chauffage à Wissembourg (Bas-Rhin), à la frontière avec l’Allemagne, Christophe Glad est venu livrer bûches et granulés à l’entreprise Moose, spécialiste des poêles et des cheminées-inserts, installée à Vendenheim, près de Strasbourg.

M. Glad exerce “depuis 23 ans” mais cette année est particulière : “Je suis tout le temps sur la route en train de livrer. On est obligé de rationner, de livrer en deux, voire trois fois pour que les clients puissent commencer l’hiver”, explique celui qui préside le groupement syndical des négociants en bois de chauffage d’Alsace.

“Spéculation”
“Il y a de plus en plus de gens qui souhaitent faire des économies” et “le bois”, en chauffage principal comme en appoint, est “l’énergie la moins chère”, confirme Laura Menrath, assistante administrative chez Moose. Celle-ci constate une explosion des poêles à bûches cette année, largement devant les appareils à granulés.

“Avant c’était vraiment du 50/50”, mais désormais c’est la bûche qui a le vent en poupe : chez ce vendeur alsacien, seulement “une personne sur vingt” s’intéresse désormais aux granulés, explique-t-elle.

Le conflit ukrainien “dope le marché européen”, notait en novembre Patrice Escrieut, président de la Fédération des installateurs de poêles et de cheminées (FIPC).

Avec pour conséquence “un engorgement au niveau des usines” et des délais de fabrication de poêles allant de “quatre à douze mois”, expliquait-il sur Sud Radio. “Trop tard” donc pour ceux qui rêvent d’acheter un poêle cet hiver, prévenait-il, invitant les clients à commander dès à présent “pour l’hiver 2023”.

Face à cette demande accrue, les vendeurs de bois, qui constituent traditionnellement leurs stocks en amont dans l’année, peinent depuis des semaines à suivre la cadence.

Normalement, “on livre durant l’été” mais cette année, on continue à avoir “entre 30 et 50 appels par jour”, avec des pointes “jusqu’à 100 par jour”, confie M. Glad.

Il a dû renoncer à livrer des personnes qui, redoutant une facture d’énergie trop salée, ont opté, malheureusement trop tardivement dans l’année, pour un chauffage bois.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles