01202017Headline:

En campage à Zuenoula, voici le projet de Société de Lider

Koulivaly-Lider

Samedi 8 août en meeting à Zuenoula, place de la gare routière, le président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) a réaffirmé sa position concernant le dossier de l’ex président, détenu à la Cour pénale internationale, qui paraissait intéresser plusieurs personnes dans le public. «La clé de la prison où se trouve Gbagbo est dans la poche de Ouattara. Sortez massivement, allez voter pour faire partir Ouattara et nous aurons la clé pour libérer Gbagbo», a déclaré Mamadou Koulibaly.

Il a encore évoqué la question de la commission électorale, accusant le chef de l’Etat d’en piétiner l’indépendance. Koulibaly, qui est candidat à l’élection présidentielle, a développé quelques pans de son projet de société.

S’agissant du foncier, une question cruciale en Côte d’Ivoire, l’ancien chef du parlement a posé : «L’État qui est né en 1960 dit que la terre de Zuenoula est pour lui. Le gouvernement dit que vous tous, vous êtes des voleurs et que vous n’avez pas le droit de vendre la terre. Nous à LIDER, nous disons que la terre est à vous et qu’on doit vous donner les titres fonciers».

Mamadou Koulibaly a expliqué que le titre foncier que LIDER remettrait aux populations leur donnerait droit de propriété exclusive sur le sol et le sous-sol. Pour cet économiste libéral, il n’est pas juste que l’eau tirée d’un puits sur une terre soit la propriété exclusive de celui qui a creusé son puits et qu’il n’en soit pas de même quand il s’agit d’une richesse comme l’or, le diamant ou encore le pétrole.

Concernant le régime parlementaire, l’un des points clés du programme de LIDER, Koulibaly a estimé que l’avènement d’un tel régime en Côte d’Ivoire permettrait de mieux contrôler l’action des dirigeants «Aujourd’hui, le président passe à la télé pour dire qu’il a construit 10 universités. Ceux de Man pensent que les universités là, c’est à Zuenoula on a construit. Ceux de Zuenoula pensent que c’est à Aboisso on a construit. Ceux d’Aboisso pensent que c’est à Tengrela on a construit. Alors que le monsieur là, il a menti et il n’a rien construit du tout. Avec un régime parlementaire, quand le type va venir dire « j’ai bitumé la route Manfla-Zuenoula », le député de Zuenoula va l’interpeler en direct à l’Assemblée nationale pour lui dire: M. le Président, c’est quelle route que vous avez goudronnée? Parce que moi, j’arrive de Zuenoula, et je n’ai pas vu le goudron dont vous parlez!»

Le président de LIDER a également partagé avec son auditoire sa vision de la problématique de la santé. «Le président inaugure un hôpital à Gagnoa. Il dit que cet hôpital est le plus joli, le plus moderne, le plus sophistiqué de Côte d’Ivoire. Mais dès le lendemain, quand il a mal à la dent, à la tête ou au dos, il prend son avion et va se faire soigner en France ! Ce n’est pas comme ça que ça marche ! Pourquoi lui, il ne va pas se faire soigner à Gagnoa ? Si je suis président de la République, l’un des premiers décrets que je vais signer, c’est pour interdire à tous ceux qui gèrent l’argent public d’aller se faire soigner à l’étranger. Le président de la République et sa famille, les ministres et leurs familles, les députés et leurs familles, les hauts fonctionnaires et leurs familles, les maires et leurs familles : nous tous on reste en Côte d’Ivoire. Personne ne sort ! Vous allez voir comment les jolis hôpitaux bien équipés vont vite pousser partout dans le pays et comment on va subitement mettre de grands
laboratoires dans nos universités.»

À Zuenoula, LIDER a investi trois coordonnateurs locaux : Kouhou Bi Souhou, Boli Bi Youné Eric et Boli Bi Zamblé Antoine, respectivement coordonnateurs de Zuenoula, Manfla et Gohitafla. La Déléguée générale de LIDER, Monique Gbekia, s’est adressée aux militants investis en ces termes : «N’ayez pas peur, prenez courage, avancez, le parti compte sur vous dans vos localités respectives».

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment