05242017Headline:

En tournée à l’ouest :Voici la vérité que Paul Koffi Koffi cache aux Ivoiriens

Paul-Koffi-Koffi-frci

Le ministre délégué auprès du président de la République chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi effectue en ce moment une tournée dans l’ouest ivoirien. Avant-hier à l’étape de Guiglo, il a révélé que la Côte d’Ivoire a renoué avec la sécurité et la paix. Selon lui, l’indice d’insécurité est en nette régression.

« La Côte d’Ivoire est en paix. La dernière attaque à l’ouest ici date de mai 2012. L’indice de sécurité qui était de 3.8 oscille maintenant autour de 1.1 et 1.2 » a-t-il déclaré. L’émissaire du gouvernement a royalement ignoré la résurgence des microbes qui ont commis le meurtre de la jeune Larissa Abogny, la menace des ex-combattants non encore désarmés et surtout l’attaque de Grabo le 10 janvier dernier. Il a plutôt invité les populations de l’ouest en particulier et les Ivoiriens en général à ne pas céder à la panique quant à la menace djihadiste sur le pays. « Il n’y a pas de terrorisme en Côte d’Ivoire mais la menace reste vive. C’est à nous de faire en sorte que cette menace ne se réalise pas » Les populations de Guiglo ont profité de cette rencontre pour demander au gouvernement de faciliter le retour des exilés et réfugiés qui vivent dans des conditions exécrables dans les pays de la sous-région. Elles ont aussi exprimé leurs craintes à l’approche du scrutin présidentiel. En effet, le peuple wê, qui a payé un lourd tribut aux différentes crises militaro-politiques, ne veut plus revivre ces carnages. Devant cette préoccupation, le ministre Paul Koffi Koffi s’est voulu rassurant « Il n’y aura rien. Le pays est en paix. Vous pouvez sortir et aller voter. Les élections se dérouleront dans le calme. J’invite donc tous vos enfants qui sont de l’autre côté à rentrer. La guerre est finie » a ajouté l’un des sécurocrates du régime. Le pouvoir d’Abidjan veut faire croire à l’opinion nationale et internationale que les conditions pour une élection apaisée et transparente sont réunies malgré l’insécurité galopante avec des ex-rebelles toujours en armes qui constituent un vrai péril pour les Ivoiriens, le nombre impressionnant des détenus politiques, d’exilés politiques…

Elvis Gouza (stagiaire)

SourceLe Quotidien d'Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment