12102016Headline:

Enlevé » par des hommes en armes: Le membre du cabinet d’Essy a été enfin retrouvé ,ce que dit le gouvernement..

bamba essy

Souleymane Bamba (à g.) a retrouvé sa famille après son rapt, il y a plusieurs jours.

Il est enfin rentré. Ivan Souleymane Bamba, membre du cabinet du candidat Essy Amara, a retrouvé sa famille, mercredi 22 avril 2015, à Yopougon.

Selon Bilé Bilé, le président de la Coordination nationale des planteurs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), que nous avons joint par téléphone, mercredi 22 avril 2015 en fin d’après-midi, M. Bamba a été libéré par ses ravisseurs et abandonné à quelques encablures du premier échangeur de Yopougon (premier pont) à 3 h du matin. Bilé Bilé a exprimé sa reconnaissance à l’État de Côte d’Ivoire pour la diligence avec laquelle il a géré cette situation.

Le gouvernement, quant à lui, a réagi à travers son Porte-parole, Bruno Nabagné Koné, également ministre de la Poste, des technologies de l’information et de la communication. À l’occasion de la conférence de presse hebdomadaire d’après Conseil des ministres, qui s’est tenue, hier mercredi 22 avril, au palais présidentiel sous la présidence du chef de l’État, Alassane Ouattara, il a souligné que ce sujet n’a pas été abordé au cours de cette réunion. Pour lui, « c’est un épiphénomène ». « Personne ne sait comment cela s’est passé. Je peux dire avec assurance que ce ne sont pas nos méthodes. Si cette personne avait quelque chose à avoir avec la police ou la justice, ça serait su », a indiqué le Porte-parole du gouvernement. Il a défendu la politique du gouvernement, affirmant que ce type de sujet ne préoccupe pas l’équipe gouvernementale. « Nous ne le connaissons pas, nous n’avons aucune raison de nous en prendre à quelqu’un de cette équipe (l’équipe d’Essy Amara) et même à quelqu’un d’une autre équipe », s’est-il défendu. « Des gens ont peut-être l’envie de se faire de la publicité, donc ils s’amusent à ce genre d’acte. Mais je peux vous rassurer que ce n’est pas du tout la façon de fonctionner du chef de l’État, ce n’est pas la façon de fonctionner de son gouvernement », a assuré Bruno Koné, ajoutant que cet « enlèvement » n’est pas lié à la politique. À l’entendre, le scrutin présidentiel d’octobre 2015 est gagné d’avance pour le président sortant, Alassane Ouattara, qui brigue un second mandat. « Aujourd’hui, tous les observateurs accordent au chef de l’État, pratiquement toutes les chances de remporter ce scrutin. Le chef de l’État ne s’est pas sali les mains dans des situations qui étaient bien plus difficiles par le passé, notamment pendant la crise post-électorale de 2010, ce n’est pas à ce pauvre monsieur que nous allons nous en prendre », a insisté le Porte-parole du gouvernement. Bruno Koné a même expliqué comment le gouvernement procède quand il a affaire à un individu quelconque. « Je peux vous rassurer que ces personnes qui sont souvent à la Dst (Direction de la surveillance du territoire) ou à la Maca (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan) sont bien plus nuisibles que ceux dont vous parlez et on ne les enlève pas. On les détient quand il s’agit de les détenir, et on les libère quand il faut qu’on les libère » a-t-il affirmé.

Hervé KPODION

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment