12032022Headline:

Entre la Corée du Nord et la Russie, un rapprochement symbolique mais intéressé

Un sommet réussi en Russie pour Kim Jong-un | Le DevoirLa Corée du Nord et la Russie annoncent reprendre leurs liaisons ferroviaires, arrêtées depuis le début de la pandémie de coronavirus. Un symbole de leur rapprochement, mais pas seulement ; la Russie a grand besoin de faciliter la logistique avec son voisin totalitaire.

On l’oublie parfois, mais la Russie dispose d’une frontière terrestre avec la Corée du Nord : 19 kilomètres à peine, tout près de la ville de Vladivostok, et un seul pont ferroviaire. Fermé depuis le début de la pandémie de Covid-19 en 2019, il vient de reprendre du service. Les deux pays annoncent le rétablissement de leurs liaisons par train depuis ce samedi 05 novembre.

L’annonce tombe à peine deux jours après que les services de renseignement américains ont à nouveau accusé Pyongyang de livrer en secret des obus et des missiles à la Russie pour la soutenir dans sa guerre contre l’Ukraine. Officiellement, il n’est pas question de telles livraisons. La Russie n’admet pas manquer de matériel au point d’être obligé de se fournir auprès de son allié nord-coréen, pas plus qu’elle n’admet acheter des drones à l’Iran.

En revanche, expliquait récemment l’ambassade russe à Pyongyang à l’agence de presse RIA Novosti, la Russie serait intéressée pour importer des vêtements et des chaussures fabriquées en Corée du Nord. Depuis le début de la guerre, les importations russes de marques occidentales s’effondrent en effet. La Russie ne disposant pratiquement d’aucune industrie textile, elle est forcée de se retourner vers l’un de ses derniers alliés, qui va donc désormais lui fournir ses vêtements. En plus de ses obus ?

Comments

comments

What Next?

Recent Articles