12032022Headline:

Équateur : 5 policiers tués par des trafiquants de drogue, état d’urgence régional

Le président équatorien Guillermo Lasso a instauré mardi 1er novembre l’état d’urgence dans deux provinces côtières où une vague de violence due à des gangs de la drogue a fait au moins cinq morts parmi les policiers quelques heures auparavant.

«Je déclare l’état d’urgence dans les provinces de Guayas et d’Esmeraldas, et un couvre-feu à partir de 21H00» (02H00 GMT), a déclaré le chef de l’État dans un discours diffusé à la radio et à la télévision.

La Constitution permet au président de déclarer l’état d’urgence et faire intervenir l’armée lorsque le pays est confronté à de graves troubles internes.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué que les attaques de mardi ont fait «cinq morts parmi les policiers» à Guayaquil, poumon économique du pays et capitale du Guayas (sud-ouest) et la ville voisine de Duran.

Attentat contre un commissariat

Auparavant, le ministre de l’Intérieur, Juan Zapata, avait fait état la mort de deux policiers à Guayaquil, ainsi que de deux autres blessés.

Les deux policiers ont été tués par balles à bord de leur véhicule à Guayaquil et les deux autres ont été blessés dans un attentat contre un commissariat de la même ville mardi à l’aube, en réponse à un transfèrement de 200 prisonniers, avait alors précisé la police.

De son côté, l’administration pénitentiaire avait annoncé que huit gardiens de prison avaient été brièvement pris en otages mardi à Esmeraldas (nord-ouest de l’Équateur).

«Il s’agit d’une réaction du crime organisé», a déclaré à la presse à Quito le ministre de l’Intérieur Juan Zapata en soulignant qu’il y avait eu au total neuf attaques.

.«Les huit agents du Corps de sécurité et surveillance pénitentiaire retenus ont été libérés» à Esmeraldas, avait annoncé l’administration pénitentiaire (SNAI) à la presse via WhatsApp, sans fournir davantage de précisions.

Avec AFP

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles