08162017Headline:

Face-à-face Affi-Hubert Oulaye: Des discussions s’ouvrent aujourd’hui au sein du FPI en vue du règlement des différends internes

Face-à-face Affi-Hubert Oulaye

Des discussions s’ouvrent aujourd’hui au sein du Front populaire ivoirien (Fpi) en vue du règlement des différends internes.

Les frontistes s’asseyent pour discuter. Le Comité de contrôle et la présidence du Front populaire ivoirien (Fpi) se rencontrent à cet effet, ce jeudi. Cette réunion se tient au siège provisoire de leur formation politique à Attoban (Cocody). Elle intervient au moment où le Fpi est traversé par une grosse controverse. Celle-ci est liée à l’invalidation par la justice de la candidature à sa présidence de son fondateur, lundi 29 décembre 2014. Détenu à La Haye, pour crimes contre l’humanité, la proposition de candidature de Laurent Gbagbo a été rejetée par le Tribunal de première instance d’Abidjan. Raison invoquée, elle devrait être une demande manuscrite émanant et signée de lui-même. Hubert Oulaye, président du Comité de contrôle, avait envisagé de faire appel. Entre-temps, la voie politique de règlement du conflit est (de nouveau) explorée. Si la réunion se tenait effectivement, elle serait la toute première avec la présidence du Fpi depuis le retour d’exil de M. Oulaye et sa prise de fonction à la tête du Comité de contrôle, le mardi 9 décembre dernier.

Possible retour à la normalité

Le simple fait que les responsables de ces organes centraux décident de se parler dénote d’un retour, en perspective, à l’apaisement. Pourvu que le contenu des échanges soit porteur d’espoir pour les militants. Car, depuis le 4 juillet dernier, date de la profonde modification du secrétariat général du Fpi par son président, deux clans se livrent une guerre sans merci. Ils se neutralisent aussi et surtout sur leur participation souhaitée par M. Affi à l’élection présidentielle de 2015. C’est l’occasion pour eux de remettre leurs divergences sur la table et d’y trouver solutions. Pour ce faire, il faudra que la vie politique qui semblait s’être arrêtée, faute d’activités (individuelles ou communes) des instances se poursuivent. M. Oulaye appelle de tous ses vœux la tenue d’un Comité central. «Il est l’enjeu principal. Il est question d’en trouver une date, d’en indiquer les modalités du déroulement, et l’ordre», révèle un de ses proches. Selon lui, le dernier Comité central ordinaire remonte à novembre. Cette instance siège tous les trois mois d’après les textes à la demande du Comité de contrôle pour une assemblée ordinaire ou des deux tiers de ses membres pour une rencontre extraordinaire, selon lui.
Se remettre sur la même longueur d’onde

Il fait observer que la régularité des réunions consacre l’ordre normal de fonctionnement du Fpi. Le Pr Hubert Oulaye pourrait, comme il l’a fait par voie d’huissier le 18 décembre, inviter Pascal Affi N’Guessan à convoquer un Comité central extraordinaire afin de statuer sur des «faits inédits et gravissimes». En son temps, le destinataire de cette adresse avait invoqué une indisponibilité. «Il convient de porter à la connaissance du Comité de contrôle que le procès en assises, dans lequel sont impliqués de nombreux dirigeants, dont le président du parti, s’ouvre le vendredi 26 décembre 2014», avait-il indiqué. Le procès ‘’Affaire Simone Gbagbo et 82 autres‘’ se poursuivant, est-il possible qu’il revienne sur sa décision ? La question reste entière et le milieu frontiste marque son pessimisme. Pour cause, des partisans du ‘’NON à la présidentielle et OUI à Laurent Gbagbo‘’ accusent M. Affi de bloquer le fonctionnement de leur parti en n’organisant pas de réunions après avoir obtenu de la justice le report du congrès prévu les 11, 12, 13 et 14 décembre 2014. Quant aux proches du mis en cause, ils reprochent à leurs adversaires de vouloir renverser leur champion en exigeant sa suspension. En somme, des accusations qu’ils devront casser ce jour, s’ils veulent renouer avec la paix.

Nord Sud

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment