09192017Headline:

Face à la Menace de déstabilisation : De grandes dispositions prises à Abidjan/Voici les consignes fermes du president Ouatara

Face à la menace de déstabilisation, de plus en plus réelle, marquée, ces derniers temps par des attaques de Brigades de gendarmerie et des commissariats de police (six attaques en moins d’un mois), les autorités sécuritaires ivoiriennes viennent de mettre sur pied un « plan » visant à faire échec à toute autre tentative à visée subversive.

Les messages envoyés, en milieu de la semaine dernière, aux chefs des Districts de police, aux Commandants d’unités d’intervention, aux commissaires de police, chefs de service, ont une teneur qui laisse clairement apparaître que le danger est toujours présent. Les autorités invitent donc ceux en charge de la sécurité publique à redoubler de vigilance et « à prendre, dès à présent, des dispositions sécuritaires draconiennes pour faire échec à toutes actions et opérations de déstabilisation ». « Tenez vos unités prêtes à réagir, à porter la riposte aux déstabilisateurs » est la consigne de référence.

 

Ce qui implique, selon ces autorités, le renforcement de la surveillance et la sécurisation des postes et autres points de contrôle. Selon notre source, des sites « stratégiques » dont des « établissements publics, des représentations diplomatiques, des établissements scolaires et sanitaires, des commerces, des hôtels et des lieux de culte » sont dans le viseur de ces « forces du désordre ». Les consignes sont donc claires, pour déjouer d’éventuelles attaques. Il s’agit, selon notre informateur, « d’organiser davantage des patrouilles pédestres et motorisées, des tri-postures de permanence de sécurité » de sorte à marquer la présence policière dissuasive partout à l’échelle du District d’Abidjan. Les renseignements devraient être accentués.

L’une des consignes draconiennes du pouvoir aux forces de l’ordre, est de maintenir, en état de fonctionnement, toutes leurs armes de dotation. Les forces de défense et de sécurité doivent, notamment s’assurer du bon fonctionnement du matériel de travail, armements et appareils de transmission afin d’accomplir, avec rigueur et efficacité, leur tâche.   C’est une sorte de « vigie-pirate » à l’ivoirienne qui vient d’être mise en place. En toile de fond, rassurer les populations. La Côte d’Ivoire est prise dans une spirale d’attaques, à caractère subversif depuis quelque temps.

 

Après l’École nationale de police, l’assaut sur Centre de coordination des décisions opérationnelles (Ccdo), le 4ème Bataillon d’infanterie de Korhogo, le poste de contrôle de police de N’Dotré d’Abobo, les villes d’Azaguié, Fresco, Adzopé ont été la cible des ces assaillants sans visage. D’importantes quantités d’armes ont été emportées et des morts ont été enregistrés. Aujourd’hui, un nom se fait jour néanmoins derrière ces attaques. Le Comité national pour la défense du territoire (Cndt), qui avait prévu d’attaquer le camp d’Akouédo, le plus important du pays. « Nous pouvons imaginer que ces personnes ne se contenteront pas toujours de tirs en l’air, elles peuvent préparer des attaques de grandes envergure », avait prévenu Bruno Koné, porte-parole du Gouvernement.

« Quand on voit le profil des personnes concernées et le nombre d’armes emportées, on peut dire, sans aucun doute, que ces gens préparaient des attaques de plus grande envergure. Dieu merci, que les ministres en charge de la sécurité et de la défense ont réussi à mettre fin à ce projet », avait ajouté Bruno Koné, par ailleurs Ministre de la communication, de l’économie Numérique et de la poste lors du point – presse hebdomadaire du Conseil des ministres, mercredi 26 juillet 2017. Cinq personnes, dont le nommé Sery Doua Alain, présenté comme étant le « cerveau » de ces attaques, avaient été arrêtées. Mais, l’Épée de Damoclès reste toujours suspendue sur la tête des Ivoiriens. D’où ces mesures sécuritaires draconiennes prises par les pouvoirs publics.

 Armand B. DEPEYLA

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment