01172017Headline:

Femmes mariées infidèles … certaines expliquent pourquoi

Infidelité des femmes

Le phénomène de l’infidélité en Côte d’Ivoire est de plus en plus fréquent, qu’il est très difficile d’en déterminer exactement les proportions. Hommes comme femmes, tous, ont une fois connu cette dérive au fil du temps. Quoique l’infidélité puisse être une erreur humaine compréhensible et pardonnable, elle constitue l’équivalent d’un véritable infarctus. La crise peut ne pas être fatale, mais marquante pour toujours.

Le constat désolant, c’est que cette pratique influence encore certaines personnes, même dans leur couple. C’est le cas des femmes mariées qui font aujourd’hui, l’objet de notre enquête. L’infidélité des femmes mariées est connue aussi bien à Abidjan, que dans les autres régions de la Côte d’Ivoire. Surtout, celles où il y a un fort taux d’émigration, comme la région des lagunes.

Sur le plan légal, l’infidélité ne signifie pas que le passage à l’acte sexuel. Elle peut se limiter à des correspondances amoureuses et à de douces intensions. Le rapport sexuel dérivé de l’infidélité, est qualifié d’adultère.

Et ces deux pratiques, quant elles sont prouvées, peuvent être des motifs de divorce pour le législateur ivoirien.

A ce sujet, il n’est pas assez intéressant d’avoir des témoignages de celles qui ont commis ces actes de liberté, bien que notre étude nous plonge au sein de leur univers. C’est toujours de façon anonyme que les langues que se délient dans nos recherches.

Dans cette perspective, se prononce Marie. Elle a trompée son mari souvent absent une première fois, et y a pris goût.

– « Mon mari, fonctionnaire international a pu trouver un poste à Abidjan. On s’est connus en boite de nuit et très rapidement, il a tenu à ce que je vienne vivre dans son appartement. Je lui ai dit que cela ne pouvait se faire, que si nous étions unis par les liens du mariage. Lui, ne croyait pas trop au mariage mais il a fini par accepter le mariage traditionnel d’abord, ensuite le mariage civil. Plus tard, j’ai obtenu des papiers des autorités consulaires. Il y a des femmes qui cherchent ces papiers pour après trouver le chemin de l’Europe. Mais moi, je n’avais pas l’ambition d’aller vivre ailleurs, dans un pays froid. J’ai un bon travail sur place et je me plais à Abidjan. J’ai au départ trouvée mon mari très sympa, mais très vite je me suis lassée de lui car, il est un peu efféminé.

Au bout d’un an, j’ai commencé à m’ennuyer fermement et ce n’était pas les propositions d’hommes qui manquaient. Au début je leur ai gentiment rappelé que j’étais mariée.

C’est lors d’une tournée hors d’Abidjan que j’ai trompée pour la première fois mon mari. Mais je n’avais aucun remord, car je le soupçonnais de trop regarder à coté lui aussi, même mes cousines proches. Par la suite, il a été muté dans un autre pays et j’ai préféré rester à Abidjan. J’avais plusieurs amants réguliers qui passaient à la maison comme des collègues ou amis. Je ne suis plus mariée actuellement. Mon ex-mari me dit qu’il m’aime toujours mais je n’éprouve plus grand-chose pour lui »

– Autre cas à Yopougon : celui de Noëlle, une femme mariée à un émigré qui vit en Italie.

Il séjourne en cote d’ivoire tous les deux ans. Parfois, il reste quatre ans sans venir au pays. Dans la capitale économique, il n’est souvent présent que, dans le cadre des cérémonies familiales pour voir un parent malade, ou pour une activité commerciale. Alors pour elle, la solution à sa carence affective a été de trouver un amant dans la commune de Yopougon. Mais, celui-ci ne savait pas vraiment qu’elle était mariée.

Gérald, appelons-le ainsi, a réalisé par la suite que son amie était mariée.

« Elle m’avait dit qu’elle était issue d’une famille riche et qu’elle était commerçante. Je n’avais aucun doute sur sa sincérité car, elle n’était jamais à court d’argent. J’étais encore dans un institut pour apprendre l’anglais et elle avait la trentaine. Elle était très sympa et surtout un peu trop portée sur le lit. Quand elle était à Abidjan je n’avais pas de répit. C’est un copain qui a fini par me dire qu’il y avait des points d’ombres dans ses discours. Quand j’ai commencé à poser un peu trop de questions, nous étions déjà ensemble depuis huit mois. Elle m’a d’abord dit qu’elle était divorcée, ensuite que son mari ne voulait pas la lâcher… enfin, elle m’a confié qu’elle était mariée avec un fantôme et qu’elle était en train de perdre les plus belles années de sa vie à attendre un homme qui lui envoyait juste de l’argent. Elle a voulu divorcer mais sa mère s’y est opposée.

Cette dernière sait qu’elle n’est pas fidele, mais elle ferme les yeux… j’ai préfère rompre cette relation qui pouvait être dangereuse pour moi. Et quand j’ai pris mes distances ; elle m’a appelé à plusieurs reprises en pleurant. C’est dommage car elle était très belle… »

Autre femme, autre situation. Vanessa qui est toujours mariée confesse qu’elle a commence à tromper son mari quand il a pris une deuxième femme épouse. La quarantaine passé, ce cadre de banque qui aime sortir voir ses copines à découvert sa liberté quand elle s’est sentie trahi par l’homme de sa vie.

« je n’aurais jamais cru un seul instant que mon mari pourrait un jour me dire qu’il prenait une deuxième épouse, avoue-t-elle. J’ai une bonne situation sociale et nos enfants fréquentent les bonnes écoles. Mais quand j’ai su que mon mari me trompai, il avait décidé d’épouser une de minette de vingt-cinq ans, j’ai choisis de mener la vie que je voulais après l’en avoir averti. Il croit jusqu’à présent que je lui ai tenu ces propos sous le coup de colère. Non !

Si j’ai parfois envie de passer un bon moment avec un autre homme, je le fais. J’ai même un amant régulier qui sait que je suis mariée et je vois dans l’appartement que je paie en passant.

Voilà ! Maintenant il fait ce qu’il veut avec une autre femme, c’est son problème. J’essaye jusqu’à préserver les trois enfants que nous avons eu qu’ils ne soient pas victimes de ce dépit malheureux. Car je suis déçue par l’homme que j’aime encore malgré tout. »

Qu’est-ce qui pousse les femmes maries être infidèles ?

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. D’abord dans nos sociétés ; la sexualité au sein du couple, est entourée de beaucoup de pudeur. Dans le processus de socialisation, la femme n’a pas souvent la possibilité de montrer son insatisfaction sur le plan sexuel. C’est ce qui fait que certaines contournent cette restriction en se trouvant d’autres partenaires pour satisfaire leur désir.

Dans d’autres cas, surtout dans les zones à forte immigration, les femmes sont mariées sans qu’elles aient la possibilité de choisir dès que le mariage est consommé le mari repart laissant derrière lui une femme qui vient de découvrir l’amour. Ceci plonge ces femmes dans une situation de précarité économique en font des infidèles potentielles. Elles sont misérables et peuvent céder à n’importe quelle proposition et ou pression les fortes résistent pendant plusieurs années mais finissent par céder à leur tour.

Il y a plus grave, l’infidélité dans des femmes d’émigrés est parfois associées à l’infidélité parce que l’argent envoyé par le mari passe souvent entre les mains du père, du frère ou cousin, ce qui rend la femme dépendante de ces parents proches qui, dans certains cas l’utilisent pour exercer une pression ou un chantage sur la femme.

Cependant ; il y a des cas d’infidélité féminine qui sont le fait de femmes à l’appétit sexuel débordant et qui seront infidèles quels que soient la virilité de leur mari ou le degré de satisfaction de leurs besoins matériels.

Quel est votre avis sur l’infidélité des femmes mariées ?

C’est quelque chose qui a toujours existé mais a augmenté avec la montée du matérialisme mais aussi avec l’influence insoupçonnée des médias et des films : le sexe est banalisé. Souvent des cas d’infidélité sont dans la trame même des films. Sans vouloir être moralisateur, l’infidélité féminine n’est pas à encourager ne serait-ce que du point de vue sanitaire avec les risques de maladies sexuellement transmise (MST).

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment