12132017Headline:

France: Un homme de 41 ans devant la justice pour avoir transmis le virus du sida

Christophe Morat

Un homme de 41 ans devant la justice pour avoir transmis le virus du sida

Il a déjà été condamné pour les mêmes faits. A partir de ce lundi, Christophe Morat, 41 ans, est jugé par la cour d’assises d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) pour avoir caché sa séropositivité à six jeunes femmes entre 2008 et 2012, entraînant la contamination par le virus du sida de l’une d’entre elles.

L’une des anciennes partenaires de Christophe Morat, Stéphanie, s’est confiée au micro d’Europe 1. Elle raconte avoir fait la connaissance du prévenu il y a quelques années alors qu’elle était encore mineure. Ils commencent une relation amoureuse et ont des rapports sexuels non protégés. Christophe Morat refuse en effet de mettre des préservatifs. Stéphanie lui fait alors confiance. Mais au bout d’un an de relation, la jeune femme découvre sur Internet le passé de son compagnon. En 2005, l’homme a été condamné à six ans de prison pour avoir contaminé deux de ses partenaires alors qu’il savait qu’il était atteint du virus du sida.
« Pour lui c’est une vengeance de contaminer les autres »

« J’avais peur d’être contaminée. J’ai regardé quasiment toute la nuit tous les articles que j’ai pu trouver sur son lourd passé. Il y a eu un gros vide en moi, d’autant que je l’ai appris un soir et qu’ainsi je ne pouvais pas faire le test tout de suite : j’ai dû attendre le lendemain », confie la jeune femme aujourd’hui âgée d’une vingtaine d’années, au micro d’Europe 1. « A ce moment-là, je ne savais pas que l’on pouvait avoir un traitement à vie pour continuer à vivre. Je me suis dit qu’il ne me restait plus que quelques années si je l’avais. » Stéphanie réalise des examens et apprend qu’elle n’a pas été contaminée. « S’il a ce virus, c’est qu’on l’a contaminé. Pour lui c’est une vengeance de contaminer les autres. J’aimerais qu’il soit condamné lourdement, à perpétuité même. C’est tout de même son second procès et il n’a toujours pas compris. Même s’il retourne en prison pendant quelques années, je pense qu’il recommencera », ajoute-t-elle.
« Maintenant, on est sur la pénalisation de la non-transmission »

Pour Me Christophe Bass, l’avocat de Christophe Morat, ce procès est différent du premier. Ce dernier concernait « la pénalisation de la transmission du virus ». Mais « maintenant, on est sur la pénalisation de la non-transmission », a-t-il déclaré à l’AFP. Et de rappeler que cinq partenaires de l’accusé n’ont pas été contaminées. « Même dans le cas de la personne contaminée, elle était au courant (de la maladie de Christophe Morat) au moment où elle a été contaminée », a-t-il alors ajouté. La jeune femme aurait appris la maladie de son compagnon après une période de rapports non protégés. Elle a alors décidé de rester avec lui à condition d’utiliser des préservatifs. Avant de finalement reprendre des rapports sans protection après avoir été convaincue par Christophe Morat qu’il n’y avait aucun risque.

L’homme encourt jusqu’à 30 ans de prison.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment