05222017Headline:

Gabon: la France absente à l’investiture d’Ali Bongo, ce que dit le ministre de la communication

bongo-ali

Le mardi 27 Septembre, s’est tenue la cérémonie d’investiture du président Ali Bongo, quatre jours seulement après la validation de sa réélection par la cour constitutionnelle. Plusieurs chefs d’Etat n’ont pas effectué le déplacement. Parmi les absents, l’on a constaté que les grands voisins que sont le Cameroun et le Congo n’ont pas effectué le déplacement.

La délégation française a également brillé par son absence à cette cérémonie d’investiture, une grande première au Gabon. Aucun ministre français n’a fait le déplacement. Suite à cette absence remarquable de la France, Alain-Claude Bilie By Nzé, ministre gabonais de la Communication a réagit en ces termes: «Que la France vienne ou non, cela n’a aucune importance. Elle n’a plus de diplomatie. Ce n’est plus elle qui donne le la. Elle est collée à l’Union européenne»

Malgré cette sortie du ministre gabonais de la communication, il faut reconnaître que dans l’ensemble, très peu de chefs d’Etat ont effectué le déplacement pour prendre part à cette cérémonie d’investiture. Seuls quatre présidents étaient présents – Mali, Niger, Togo et Sao Tomé. Même le Maroc, dont le roi est un proche d’Ali Bongo, s’est juste contenté d’envoyer son premier ministre.

Un autre fait marquant c’est que le président Ali Bongo a reçu très peu de lettres de félicitation de ses homologues présidents en Afrique et partout dans le monde. La France et les États-Unis se sont contentés de «prendre acte».

Dans un communiqué, Jean-Marc Ayrault soulignait que «les doutes ne sont pas levés» sur les conditions de la réélection d’Ali Bongo. Dans un commentaire très défavorable à Ali Bongo, Federica Mogherini, haute représentante de l’UE, affirmait que «la confiance du peuple gabonais concernant l’intégrité du processus électoral peut, légitimement, être mis en doute». «Ce n’est pas à nous de dire qui a gagné. Mais ce qui s’est passé au Gabon est très grave et n’est pas dans la tradition du Gabon. C’est au président de trouver une issue et de faire des ouvertures».

webnews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment