10212020Headline:

Gbagbo espéré aux obsèques, Ouattara en colère

ado gbagbo

”Maman Gbagbo vers sa dernière demeure”

Décédée mercredi dernier alors qu’elle était en partance pour son village natal, Gado Marguerite, mère de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo est arrivée hier, jeudi, à Gagnoa, fait savoir Soir Info qui revient sur les circonstances de ce transfert. « Décès de la mère de l’ex-président ivoirien : levée de corps mouvementée, hier, à Yamoussoukro », barre à sa Une le journal. « Jeudi 16 octobre 2014 fut une journée mouvementée qui restera certainement gravée dans les mémoires des autorités administratives de Yamoussoukro. Tout commence autour de 9h 45, lorsque le préfet de région, André Ekponon, arrive au Centre hospitalier régional (Chr), accompagné du secrétaire général de la préfecture, Sépy Narcisse. Il est suivi du préfet de police, le commissaire divisionnaire major Sanogo Ismaïla, puis du Commandant de la 6ème légion de Gendarmerie, le lieutenant-colonel N’Doua Ekaza », relate le quotidien qui indique également qu’une horde de femmes en colère a réclamé la dépouille de la défunte. « ”Le corps de notre vieille est prise en otage. On ne sait pas ce qu’ils veulent faire. Depuis hier, nous sommes bloqués à Yamoussoukro. On défile entre le Chr, la morgue, le Commissariat et la préfecture de police”, indique, sur un ton triste une dame de la délégation », ajoute le quotidien.

Pour sa part, Le Temps choisi de se pencher sur les derniers moments de vie de la nonagénaire. « Décès de Gado Marguerite : les derniers instants de maman Gbagbo », peut-on lire à la Une du quotidien. « Elle voulait à tout prix rejoindre sa terre natale, voir ses voisins et sentir pour une dernière fois, le parfum local avant de tirer sa révérence auprès des siens. Mais, Dieu en a décidé autrement (…) Selon le recit de son accompagnatrice, Nadjé Joelle, croyante, maman Gbagbo qui a senti son heure sonner, a commencé à prier dans le véhicule qui l’amenait à Blouzon. Chemin faisant et l’âge aidant, les premiers signes de fatigue se sont très vite transformés en une atroce douleur », explique le journal.

Gbagbo espéré aux obsèques

L’autre enjeu de ce décès de Gado Marguerite est sans doute la présence ou non de son plus illustre fils Laurent Gbagbo à ses obsèques. Sur la question, Notre Voie croit savoir que l’ancien président ivoirien pourrait être présent dans son pays pour l’adieu à sa génitrice. « Gbagbo pourrait être présent », titre en manchette le quotidien. A en croire le journal, il y a trois raisons nécessaires pour que projet se réalise. «Premièrement, il faut que Gbagbo et son conseil en fassent la demande. Ainsi, au nom des circonstances exceptionnelles qui entourent ce genre de situation et pour des raisons humanitaires, la Chambre de première instance qui a désormais le dossier Gbagbo en main, pourra décider en sa faveur.Deuxièmement, il faut que le pays d’accueil donne son accord. Dans le cas de Laurent Gbagbo, le pays qui va l’accueillir pour les cérémonies funéraires de sa mère n’est autre que son propre pays, la Côte d’Ivoire. Si donc Ouattara et son gouvernement donnent leur accord au nom de la Côte d’Ivoire, Gbagbo devra remplir la troisième condition pour participer aux funérailles de sa chère mère.Troisièmement, que la Chambre de première instance, après analyse de tout le dossier, autorise Laurent Gbagbo à venir assister aux cérémonies. Pour y arriver, elle vérifiera qu’entre Laurent Gbagbo et Gado Marguerite, il existe bel et bien un lien filial », explique le quotidien.

Cependant, à en croire Le Patriote, il ne fait aucun doute que Laurent Gbagbo ne sera pas à ces obsèques. « Obsèques de sa mère Marguerite Gado : pourquoi Gbagbo sera absent », souligne à sa Une le journal. « Une présence de l’ancien chef d’Etat en terre ivoirienne serait extrêmement difficile à gérer. La CPI, logiquement, ne prendra pas le risque (…) Il faut donc s’attendre au cas où elle est formulée, que cette requête soit de nouveau rejetée. Mais, sait-on jamais », indique le quotidien.

Ouattara en colère

Le président de la République, Alassane Ouattara n’est pas content de plusieurs de ses collaborateurs et, il l’a fait savoir en Conseil des ministres hier, indique Fraternité Matin. « Voyages et missions à l’étranger : le président met fin aux abus », livre le journal à sa Une. « le chef de l’Etat a décidé de mettre fin aux abus qui ont cours dans les voyages à l’étranger. Il veut que le nombre et le coût de ces voyages, la composition des délégations soient reduit au strict minimum », écrit l’organe gouvernemental.

Dans le même sens, Nord-Sud Quotidien écrit à sa Une : « Frais de missions, gaspillages : les ministres rappelés à l’ordre ». Selon le journal, « Alassane Ouattara n’est pas du tout content de ses ministres. Selon le porte-parole du gouvernement, le chef de l’Etat s’est attardé, hier, lors du Conseil des ministres, sur une gestion peu scrupuleuse des missions à l’extérieur de la part des membres du gouvernement ».

linfodrome,com

Comments

comments

What Next?

Related Articles