11282020Headline:

Gbagbo la grande vedette du moment -Paul Koffi Koffi devoile « les 8 menaces qui guettent la Côte d’Ivoire »

gbagb lau

Gbagbo, très demandé

Il est considéré comme un potentiel faiseur de roi pour l’élection présidentielle de 2015. Laurent Gbagbo, détenu à la Cour pénale internationale (CPI) est régulièrement visité par les opposants d’Alassane Ouattara. Soir Info croit en savoir plus sur les raisons de ce ballet. « prévisions avant la présidentielle en Côte d’Ivoire/ depuis La Haye : comment Gbagbo est sollicité pour tout mélanger », livre à sa Une le quotidien. Selon le journal, « Laurent Gbagbo, faiseur de roi ? Le célèbre détenu de la Cour pénale internationale (Cpi) a eu un programme de visites particulièrement chargé cette semaine finissante. L’ex-président de la République de Côte d’Ivoire a reçu, au pénitencier de La Haye, pour la deuxième fois, lundi 23 mars 2015, Kouadio Konan Bertin dit KKB. Le mercredi 25 mars 2015, c’était le tour de Charles Konan Banny d’être son hôte. Ces deux visiteurs ont la particularité d’appartenir au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) et d’être des candidats déclarés à la présidentielle de 2015. On n’a point besoin d’être sorti des grandes écoles de Sciences politiques pour savoir que ces visites sont loin d’être fortuites. Au delà même du soutien et du réconfort que ces deux personnalités sont allées apporter au fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi), KKB, Charles Konan Banny et certainement Essy Amara, lui aussi candidat à cette présidentielle, espèrent secrètement que Laurent Gbagbo puisse, au moment opportun, leur apporter le soutien nécessaire », commente le quotidien.Pour Le Quotidien d’Abidjan, les choses sont claires. Un appel de Laurent Gbagbo en faveur de l’un ou l’autre des candidats opposés à Alassane Ouattara pourrait faire basculer les choses. « Présidentielle 2015/ KKB et Banny… à Gbagbo : dis un mot et Ouattara tombe », titre à sa Une le quotidien. Selon le journal, « des candidats déclarés comme Essy Amara, Banny, KKB et des leaders de l’opposition dont Koulibaly Mamadou ont rencontré récemment le président du FPI en vue d’une coalition », indique le quotidien.Ce ballet, L’Expression le juge nuisible pour l’ancien président ivoirien. « Présidentielle 2015: comment Banny et KKB abusent de la souffrance de Gbagbo », titre en manchette le quotidien. Le journal se penche notamment sur le fait que « Gbagbo a passé un bon moment ici en Côte d’Ivoire, à Korogho sans que Banny, alors président de la CDVR n’a effectué le moindre déplacement pour lui rendre visite. Aujourd’hui, ce dernier préfère prendre l’avion pour aller voir Gbagbo ».

Le FPI en conclave chez Gbagbo

Afin de mettre certainement un terme à la crise qui secoue l’ancien parti au pouvoir, le Front Populaire Ivoirien (FPI), l’ex-chef de l’État, ” Gbagbo veut recevoir Affi, Sangaré et Hubert Oulaye”, à en croire Le Patriote. “Affi N’guessan, selon nos informations, aurait mis à profit sa récente tournée dans la sous-région, notamment au Mali et au Niger, pour solliciter la médiation des chefs d’État de ces pays en vue du règlement de la crise qui secoue le FPI. Le président du parti aurait eu une oreille attentive auprès de ses interlocuteurs qui ont suggéré à toutes les parties de rencontrer ensemble Laurent Gbagbo à la Haye pour la résolution de la crise”, écrit le journal. La même information est partagée par le quotidien LG Infos, mais sous un autre angle. “Depuis la CPI, Gbagbo assomme Affi: Le président du FPI, c’est Sangaré”, titre le journal en sa Une. “La réponse du président Laurent Gbagbo à la demande d’audience de l’ex-président du FPI n’a pas tardé, selon nos sources. Mieux, elle a été plutôt cinglante. En effet, l’illustre otage de la CPI a signifié à Affi N’guessan qu’il “ne le recevra qu’à une seule condition: que cette visite ait lieu en présence de président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Abou Dramahane Sangaré et aussi du président du Comité de contrôle du FPI, Hubert Oulaye”, fait savoir le journal. Le Temps a, pour sa part, titré à sa Une: “Pour recevoir Affi N’guessan à la CPI: Gbagbo exige la présence du président Sangaré. La présence du ministre Hubert Oulaye aussi exigée”. le journal relate que “l’ex-président du FPI, Pascal Affi N’guessan, avait annoncé qu’il ira bientôt rencontrer le président Laurent Gbagbo à la CPI. Mais, selon nos informations, le fondateur du FPI avait, dans un premier temps, opposé un refus à cette décision. Finalement le président Laurent Gbagbo est disposé à recevoir Affi N’guessan. Mais, il pose deux conditions. A savoir la présence du président par intérim du FPI, M. Abou Drahamane Sangaré ainsi que celle du président du Comité de contrôle, le Pr. Hubert Oulaye”. Dans Soir Info, le camp Affi fait savoir que cette information n’est que de l’intoxication. “C’est de l’intoxication. Ce n’est pas vrai. Ce n’est pas du Gbagbo et ça ne ressemble pas à Laurent Gbgabo”, a réagi Sanogo Mamadou, proche d’Affi N’guessan

L’école en difficulté

Depuis plusieurs semaines, l’école ivoirienne est minée par des grèves. Et, le phénomène semble ne pas vouloir s’estomper. Cependant Nord-Sud Quotidien estime que les enseignants ont décidé de calmer le jeu. « Grève dans les établissements publics : les enseignants mettent balle à terre », barre le journal à sa Une. « La rencontre entre Kandia Camara et les grèvistes mercredi a eu une suite positive. Le Syndicat national des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire (SYNESCI) a renoncé à la rétention des notes. La décision a été prise au sortir d’une réunion du bureau exécutif du SYNESCI », souligne le quotidien.Par contre, selon Notre Voie, le bout du tunnel est loin pour le pouvoir ivoirien. « Grève des élèves, étudiants, enseignants : le régime Ouattara dans la tourmente », barre le journal à sa Une. Selon le quotidien, ces acteurs du secteur éducatif ont manifesté pour « crier leur ras-le-bol contre les fausses promesses du régime Ouattara, leur colère contre les effets collatéraux de la grève des enseignants ». Le journal affirme par ailleurs que « le gouvernement est sans voix, impuissant et aux abois ».Si Notre Voie juge le pouvoir ivoirien ”aux abois”, Fraternité Matin fait savoir qu’Alassane Ouattara est parvenu à engranger de bonnes nouvelles en Turquie où il séjourne. « La Côte d’Ivoire et la Turquie signent 8 accords : la coopération se renforce », titre l’organe gouvernemental qui fait savoir que c’est lors d’une réception avec son homologue turc, Reycep Tayip Erdogan que ces accords ont été signés.

Le nouveau visage de larmée ivoirienne

Paul Koffi Koffi, ministre auprès du président de la République chargé de la Défense, était face à la presse dans le cadre des “rendez-vous du gouvernement”. Il a présenté le bilan et les perspectives de son département. A en croire Soir Info, il a dévoilé « les 8 menaces qui guettent la Côte d’Ivoire ». Ces menaces viennent, a dit Paul Koffi Koffi « des ex-combattants, les attaques des positions des forces, les incursions frontalières, les troubles sociaux et militaires, les attaques à main armées, les attaques des coupeurs de route, le racket » et à l’externe « les conflits asymétriques liés notamment à la piraterie maritimes, les trafics transfrontaliers illicites, la cybercriminalité et bien entendu la secte Boko haram ». Face à cette situation, il a annoncé « de grandes actions militaires » au cours de son « grand déballage », relève L’inter. Au regard du thème ”le défi de la reconstruction d’une armée républicaine : bilan et perspectives”, qu’il a animé, le ministre de la Défense a déclaré : « nous donnons l’engagement total de remplir notre mission, 2015 s’annonce avec des élections et nous allons sécuriser ces élections, surtout après l’élection… ». C’est l’une des grandes actions qu’il a annoncées. Dans le même sens, Le Jour Plus barre à la Une : « Attaques répétées : la puissance de feu qui attend les déstabilisateurs », vu que le ministre a dit : « notre capacité opérationnelle a été renforcée ». En effet, il a confié que « pour le moment, la priorité a été mise sur une capacité d’intervention parce que dès qu’on est sorti de la crise post-électorale, il n’y a pas eu de temps d’accalmie, il a donc fallu faire face aux menaces… »

 Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles