12182017Headline:

Grand-Bassam: Des hommes armés abattus ; des armes de guerre et plusieurs munitions saisie

archive photomort en ci et libie

Deux morts. C’est le bilan d’une fusillade ayant opposé à Grand-Bassam, des éléments de la police nationale à des détenteurs illégaux d’armes à feu.

Ces faits se sont produits le lundi 15 septembre 2014. Nos sources qui informent, expliquent, en effet, que la veille, un appel anonyme parvient à la Direction de la police criminelle, au Plateau. Un appel qui fait état de ce que des individus ont arrêté, monté et peaufiné un plan visant à attaquer un domicile, à Grand-Bassam.

Sans perdre de temps, des éléments de la Police criminelle se déportent dans la ville aux sites merveilleux, témoignant du passage du colon. Précisément, au quartier « Mockeyville », à une centaine de mètres du nouveau château d’eau. Ils s’y planquent. Tôt le matin du lundi 15 septembre, les flics voient deux individus sortir d’une maison inachevée avec des sacs. Ils correspondent à la description faite des deux suspects devant mener l’assaut contre une résidence. La sommation est lancée sans aucune perte de temps. La réponse à cette injonction est sans appel de la part des quidams.

En effet, ces derniers, comme il fallait d’ailleurs s’y attendre, répondent par des coups de feu. S’en suit, alors une course-poursuite rythmée par des échanges nourris de tirs. Des tirs impardonnables pour celui des quidams vêtu d’un pantalon Jeans et d’une chemise à manches courtes et à rayures. Le second bandit, prénommé Karim est lui aussi abattu à l’arrière de la villa inachevée. Juste en face d’une planque habitée par un tradi-praticien, un Burkinabé répondant au nom de D. Moubila. Justement, ce dernier est interpellé pour nécessité d’enquête, informent nos sources. Vu qu’il reconnaît avoir hébergé Karim, pour des soins, dit-il.

En tout cas, la police s’intéresse de près à sa posture vis-à-vis des individus abattus. L’enquête va démontrer si oui ou non, il était en bonne intelligence avec ces criminels autour de leur sombre projet. Rappelons qu’il a été trouvé sur Karim et son comparse d’infortune non identifié, deux kalachnikovs, leurs chargeurs garnis de 83 munitions et un pistolet automatique de marque « Tokarev ».

SUR LINFODROME

 

Madeleine TANOU

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment