05212018Headline:

Grave crise au sommet de l’Etat ivoirien : Bédié et Ouattara ne se parlent plus, ce qui divise vraiment les deux hommes

C’est sûr que les deux années qui restent encore avant la fin du second mandat présidentiel d’Alassane Ouattara en 2020, nous réservent bien des surprises. Déjà au sein de la grande famille houphouetiste du RHDP, le courant semble coupé entre les deux principaux leaders, à savoir entre le chef de l’Etat et son aîné Henri Konan Bédié.

Dire que la question de l’alternance en 2020 en faveur du PDCI-RDA pose problème au sein du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix, n’est pas exagéré. Depuis quelques temps, le RDR, l’un des partis membres de la coalition au pouvoir, s’est fait le nouveau chantre du parti unifié RHDP avant la présidentielle d’octobre 2020.

Une idée que semble épouser le président de la République, Alassane Ouattara, qui a récemment mis en place un haut comité de réflexion autour de la question. Il n’en a pas fallu plus pour que des cadres du parti fondé par Félix Houphouët-Boigny, considérés comme des irréductibles par certains, montent sur leurs chevaux pour dénoncer un accord de dupes.

Pour ces derniers, si parti unifié doit-il y avoir, c’est après l’alternance, comme l’a souligné Jean-Louis Billon au cours d’une cérémonie d’hommage organisée récemment à l’honneur de Bédié à Yamoussoukro. « Ceux qui discutent de promesse, ne les écoutez pas parce qu’il y a bel et bien eu promesse. 2015, c’est Ouattara. 2020, c’est le PDCI. Il y a eu bel et bien promesse d’alternance entre Bédié et Ouattara. Le moment venu, le Président Bédié vous dira le lieu où la promesse a été faite et le témoin qui était là », déclarait Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI.

Une sortie qui a suscité des passes d’armes entre cadres du RDR et ceux du PDCI mais très vite étouffées lorsque le « Sphinx de Daoukro » a lui-même reçu les principaux organisateurs du meeting pour leur exprimer tout son soutien. Depuis lors, la position de Bédié sur la question du parti unifié est connue. L’alternance en faveur du PDCI d’abord. Le reste viendra après. Cela, Bédié y tient au point que semble-t-il l’homme refuserait même tout contact avec le chef de l’Etat tant que celui-ci n’accepte pas le préalable que le pouvoir doit revenir au PDCI en 2020.

Le 19 mars 2018, Henri Konan Bédié a fait annuler une cérémonie de signature du manifeste du parti unifié, estimant que la question de l’alternance passe avant tout. Une radicalisation qui a fini par agacer Alassane Ouattara qui aurait, selon Jeune Afrique, adressé un courrier le 21 mars au Président du PDCI pour lui rappeler qu’il n’avait jamais fait de promesse d’alternance et qu’il est important qu’il s’allie à l’idée du parti unifié.

La tension est montée d’un cran entre les deux hommes au point où les deux principaux leaders du RHDP hésitent à se rencontrer physiquement. Désormais, c’est soit par courrier ou par personne interposée qu’ils se parlent. Un triste spectacle qui montre à quel point le désaccord est profond. Et que la question de l’alternance en 2020 demeure un sujet très sensible.

David YALA

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment