02082023Headline:

Grève des contrôleurs SNCF: malgré l’accord, le réveillon de Noël perturbé

“Prévenus à l’avance”, ou “chanceux”, des voyageurs passés entre les gouttes de la grève des contrôleurs de la SNCF prenaient samedi, jour de Réveillon de Noël, leur train à Marseille, plus sereins après un accord entre la direction et les syndicats.
“J’ai essayé un petit peu d’organiser le trajet, de traquer les mails (d’information de la SNCF, NDLR) et on essaie de passer un bon Réveillon”, raconte à l’AFP, sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille, Pascale Caronne, avant de prendre un train pour Lille en compagnie de son fils et de son époux.

Après l’annulation d’un train sur trois vendredi, 40% des TGV ont été supprimés samedi et dimanche sur les axes Sud-Est et Est. Sur les axes Nord et Atlantique, la proportion monte à 50%. Un Ouigo sur trois et un quart des Intercités ont aussi été supprimés, selon la SNCF.

Depuis mardi, la compagnie ferroviaire avait entrepris de prévenir tous les voyageurs de l’annulation ou du maintien de leur trajet. Si, samedi, le sentiment d’avoir été chanceux prévalait parmi les voyageurs assurés de pouvoir prendre leur train en gare de Marseille, dans certains cas, l’agacement pointait encore.

“Ils ont fait leur travail (d’information), maintenant on attend pour le retour. Normalement ça doit être bon”, reconnaît Gérard Pollet, 52 ans, qui s’estime, avec son épouse, “chanceux par rapport à d’autres”. Ils ont été avertis mercredi que leur train avait été maintenu.

“Je comprends la +lutte+ et je comprends aussi les utilisateurs à bout de nerfs qui veulent rejoindre leur famille”, explique Félix Deloux, frère de cheminot de 28 ans qui reconnaît être “souvent en galère pour rentrer” de Marseille vers le nord de la France.

“Jouer au loto”
“Pour ma part, j’ai toujours eu la chance. Faudrait que je joue au loto peut-être”, ironise-t-il alors que tous les trajets qu’il devait faire le week-end de Noël entre Marseille, Paris, la Normandie et Strasbourg ont été maintenus.

Une soirée de négociations jeudi a permis de trouver une issue au conflit initié par un collectif de contrôleurs hors syndicats, conduisant à la levée du préavis de grève pour le week-end prochain par les syndicats, qui n’appelaient toutefois pas à la grève.

Mais pour Noël, c’est trop tard: les trains se préparant plusieurs jours en avance, ils n’ont pas pu être reprogrammés du jour au lendemain.

“S’il avait été annulé, ça aurait été une catastrophe”, affirme Corinne Monnier, médecin de 58 ans, à propos du train qui doit lui permettre de retrouver, à l’autre bout du pays, ses enfants et ses parents pour Noël. “Je trouve ça honteux. J’ai de la chance (…) et je pense à tous ceux qui n’ont pas de train et qui vont devoir rester chez eux”, a-t-elle commenté.

Les billets annulés vont pouvoir être remboursés pendant six mois au double du montant initial, en bons d’achat. Au total, le coût de la grève devrait s’élever à une centaine de millions d’euros pour la SNCF, selon le ministre délégué aux Transports Clément Beaune.

Observant des “mouvements spontanés qui se créent très brutalement sur les réseaux sociaux” et des revendications qui “touchent surtout à un besoin de considération”, Clément Beaune a jugé dans un entretien au JDD nécessaire “d’avoir une écoute plus attentive au sein des entreprises publiques et (…) de réfléchir à des dispositifs d’alerte sociale, de négociations internes à l’entreprise”.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles