03212019Headline:

Grève des enseignants : La Fesci annonce une marche le 26 février « sur toute l’étendue du territoire »

Grève des enseignants : La Fesci annonce une marche le 26 février « sur toute l’étendue du territoire »

La Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) entre en scène. En effet, le syndicat des élèves et étudiants dirigé par son secrétaire général Assi Fulgence Assi annonce une marche sur toute l’étendue du territoire national le mardi 26 Février 2019 pour protester contre l’impasse dans laquelle se trouve l’école ivoirienne.

Assi Fulgence Assi, le secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) ne veut pas rester les bras croisés face à la crise que traverse l’école ivoirienne depuis un mois. A travers une déclaration publiée le mercredi 20 février 2019 dont Ivoiresoir.net a eu copie, Assi Fulgence Assi relève ce qui suit : « vu la durée d’un mois du maintien des élèves et étudiants à la maison du fait de la grève des enseignants tant dans le primaire, le Secondaire que dans les universités publiques de Côte d’Ivoire, vu l’arrestation abusive des enseignants et étudiants ; vu la rupture du dialogue annoncé entre les ministères de tutelle et les syndicats d’enseignants ».

« LA FESCI DEMANDE LA LIBÉRATION DES ENSEIGNANTS ET ÉTUDIANTS INCARCÉRÉS POUR FACILITER LE DÉNOUEMENT DE LA CRISE »

Et de poursuivre, « la Fesci demande la libération des enseignants et étudiants incarcérés pour faciliter le dénouement de la crise ». Pour ce faire, la Fesci ; « appelle à la mobilisation des partenaires du système éducatif, des parents d’élèves et d’étudiants, de l’ensemble des élèves et étudiants à une marche pacifique sur toute l’étendue du territoire national le mardi 26 février dès 7 heures ». Le secrétaire général de la Fesci invite, « tous ceux qui ont un intérêt pour l’école de se vêtir de blanc le 26 février ou de bandeaux blancs pour réclamer la reprise des cours dans les établissements scolaires et du supérieurs ».

Rappelons qu’une rencontre avec les responsables de l’Intersyndicale de l’enseignement primaire public de Côte d’Ivoire (ISEPPCI) et la Coalition du secteur de l’éducation/formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) s’était tenue le vendredi 15 février 2019 en présence de Kandia Camara, ministre de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. On se souvient que, suite à l’arrestation du professeur Johnson Kouassi Zamina, ces deux organisations syndicales avaient suspendu les négociations avec le gouvernement par « solidarité syndicale’’.

Ils avaient marqué leur présence au palais de justice d’Abidjan-Plateau, aux côtés de Gnagna Zadi, président de la plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire (PFN). Interpellés dans la soirée du lundi 18 février 2019, les Prof. Johnson Kouassi, secrétaire général du CNEC et Joël Dadé, un syndicaliste avaient été conduit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) mardi 19 février 2019 après 10 heures d’audition.

«Je suis accusé de fragrant délit, de séquestration, de

Lire la suite sur: ivoirematin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment