11192017Headline:

Guerre des clans au RDR : le parti de Ouattara au bord de la déchirure/Des cadres prêts à quitter le navire

Le navire du Rassemblement des républicains (RDR) flotte actuellement sur une eau très agitée. Le parti au pouvoir est en proie à une guerre de clans qui risque de faire écrouler la case verte.

Le samedi 8 juillet dernier, un mouvement dénommé Union des soroïstes (UDS) a fait sa rentrée politique dans un hôtel d’Abidjan. Plantant le décor, Ouattara Marc, le président du mouvement qui revendique 18 000 membres, a déclaré : « L’Union des Soroïstes n’appartient à aucun parti politique. Nous nous réclamons simplement de Guillaume Kigbafori Soro. Nous, nous le disons et nous reconnaissons que M. Guillaume Kigbafori Soro a sa coresponsabilité dans l’élection de M. Alassane Ouattara et par conséquent, nous soutenons Alassane Ouattara. Nous, vous disons que M. Soro Kigbafori Guillaume, si vous ne le savez pas, est au RDR ».

« Le soroïsme, c’est un label ; le soroïsme, c’est une idéologie ; le Soroïsme c’est un système de pensée qui ne peut être remis en cause. Le soroïsme, c’est une doctrine. Elle dépasse la dimension singulière de l’homme Soro Guillaume », a-t-il cru bon de préciser.

Des cadres prêts à quitter le navire RDR

La rentrée politique de l’UDS n’a pas manqué de faire réagir le RDR. Dans sa parution du mardi 11 juillet 2017, Le Patriote a accordé une interview à Koné Mohamed Sidi Mohamed, secrétaire départemental RDR de Koumassi. Celui-ci a tout simplement dénoncé la « déstabilisation ou la zizanie au sein du RDR ». En effet, la cérémonie a enregistré la présence de cadres du parti d’Alassane Ouattara dont Célestine Trazéré, vice-présidente de l’Assemblée nationale. « Je suis RDR, je resterai RDR jusqu’à ce qu’on me dise sors de la maison. Pour le moment je suis là », a-t-elle déclaré. Sur sa lancée, la députée s’est insurgée contre « l’adversité dont Guillaume Soro faisait l’objet » et fait savoir que « les gens sont prêts. Même ceux à qui vous ne pouvez pas penser sont prêts ».

Konaté Zié, ancien député, est également monté au créneau. « On arrive sous le régime d’Alassane Ouattara, c’est là qu’on n’a plus personne dans le gouvernement. Pourquoi ? C’est quel père qui est gentil au point où il donne à manger aux enfants des voisins au détriment de ses propres enfants ? », s’est-il interrogé.

Tout ceci est le signe d’un malaise profond qui mine le RDR. Karamoko Yayoro a préconisé que « le débat se passe en interne »« Trop tard », pourrait-on dire. L’affaire a été portée sur la place publique. Comme l’a signifié Célestine Trazéré, « les gens sont prêts ». Des Républicains seraient donc sur le point de changer de camp.

par Richard Konan

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment