07212018Headline:

Guerre Pdci – Rdr: Ce qui a tout mélangé entre Bédié et Ouattara, des révélations sur l’affaire

On en sait un peu plus sur les raisons profondes de la mésentente entre le président Alassane Ouattara et son ‘’ aîné ‘’ Henri Konan Bédié. Les deux hommes se sont rencontrés, pour la dernière fois et dans la plus grande discrétion, le jeudi 24 mai 2018 au Palais de la présidence au Plateau.

Il s’agissait pour eux d’aplanir leur divergence, notamment sur les questions du Parti unifié et de l’alternance en 2020 au profit d’un militant actif du Pdci. Mais cette rencontre de compromis, selon des sources bien informées, va davantage compromettre les relations entre les deux leaders. Elle se révèle être la pire entrevue que les deux têtes fortes des Houphouëtistes n’ont jamais eue dans le cadre du règlement de leur différend. Et pour cause, le président Bédié aurait à cette occasion dévoilé à son ‘’ cadet ‘’ Alassane Ouattara, son intention de briguer la magistrature suprême, pour une dernière fois avant sa retraite politique. « Il a dit au chef de l’État qu’il entend répondre à l’appel du peuple en se portant candidat à la présidentielle de 2020 et que le président devrait se conformer au pacte d’alternance conclu entre eux pour la gestion du pouvoir », indique notre interlocuteur.

Le président Ouattara, poursuit-il, reçoit cette révélation comme un véritable coup de massue, voire un bug dans son système pour la conservation du pouvoir dans le jiron houphouëtiste. Il pique alors une grande colère. Il sait désormais que son projet d’unification des partis houphouëtistes n’intéresse pas au premier chef son allié du Pdci, qui a un agenda personnel à dérouler. En privé, soulignent nos sources, le président d’honneur du Rdr confie à ses plus proches lieutenants qu’il ne se laissera pas avoir aussi facilement. Il a un plan B pour combattre le président du Pdci.

Primo, le président Ouattara met la pression sur les ministres Pdci présents au gouvernement afin que ceux-ci se déterminent clairement sur la question du Parti unifié. Ils doivent démontrer leur adhésion pleine au projet, en allant le défendre ouvertement auprès des populations. Cela s’est traduit par des meetings éclatés de ces cadres du Pdci sur l’ensemble du territoire avec comme message principal, la nécessité du Parti unifié pour la stabilité, la paix et le développement de la Côte d’Ivoire.

Secundo, le chef de l’État et son cercle restreint estiment que si le président du Pdci doit faire acte de candidature en 2020, il faudra en face de lui un adversaire de sa stature pour l’affronter. Le président Ouattara est alors perçu comme le challenger idéal qu’il faut à Henri Konan Bédié.

Tercio, il accorde une interview au magazine panafricain Jeune Afrique, édition du 3 au 9 juin 2018, où il évoque la possibilité pour lui de briguer un autre mandat présidentiel en 2020. « La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes », lâche Alassane Ouattara. A la vérité, il s’agit là d’une réponse claire donnée à la volonté d’Henri Konan Bédié. ‘’ Tu pars, je pars aussi ‘’, semble dire le chef de l’État à son ‘’ aîné ‘’. Dans cette même interview, il réagit également, avec un brin d’agacement, à une velléité de candidature du président du Pdci. « Ce serait sa décision », coupe t-il court.

L’idée d’une candidature d’un cadre du Pdci, et pourquoi pas Henri Konan Bédié, à la prochaine présidentielle est un vœu non négociable au sein du vieux parti. Après son soutien au candidat du Rdr en 2010 face à l’ex-président Laurent Gbagbo, puis aux élections de 2015, le parti septuagénaire se dit légitimement fondé à réclamer son tour. Pour le ministre Gnamien Yao, grand conférencier du Pdci, le candidat de ce parti en 2020 n’est autre que son président Henri Konan Bédié. « Nous avons dit, au Pdci, qu’il faut, pour 2020, un militant actif. Or, un parti ne confie pas sa direction à un militant non actif. Et puisqu’on a confié la direction du Pdci au président Henri Konan Bédié, donc, je considère qu’il sera notre candidat en 2020 »

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment