06242024Headline:

Hôpital Mère-Enfant de Bingerville : Des journées scientifiques pour améliorer la qualité des soins

Un premier incident était survenu le 21 avril. À proximité d’un îlot contrôlé par les Philippines, une corvette chinoise ordonne aux garde-côtes philippins de quitter les lieux et les menace. De leur côté, les Philippins tiennent bon et font savoir qu’ils sont dans leur droit lorsqu’ils patrouillent dans la zone, finissant par obtenir le départ des militaires chinois.

Nouvel incident le dimanche 23 avril, au lendemain de la visite à Manille du ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang, visant justement à désamorcer les tensions dans ces eaux contestées de la mer de Chine du sud.

Un vaisseau des garde-côtes chinois a coupé la route à un navire philippin deux fois plus petit et ils se sont retrouvés à 45 mètres l’un de l’autre, évitant de justesse une collision, a relaté la marine philippine. Une équipe de l’AFP invitée à bord d’un autre bâtiment philippin pour participer à une patrouille dans la zone a été témoin du déroulé de l’incident.

« En se précipitant dans les eaux du récif Ren’ai avec des journalistes à bord, le bateau philippin a commis une provocation préméditée et cherché délibérément l’affrontement pour faire un battage médiatique », a fustigé une porte-parole de la diplomatie chinoise, Mao Ning, en référence au rocher connu aux Philippines sous le nom d’Ayungin.

What Next?

Recent Articles