11132018Headline:

Inondations et embouteillages à Abidjan: Dans de nombreuses cités résidentielles de la commune de Cocody, on peut désormais entrer et sortir sans être contrôlé à la barrière.

Dans de nombreuses cités résidentielles de la commune de Cocody, on peut désormais entrer et sortir sans être contrôlé à la barrière. C’est le cas des cités résidentielles ”Les bonheurs”, ”Les Poteaux”, ”Alabra”, ”Star 4, 5, 7, 9”, ”Le Mahou”, ”7e tranche”, ”Terminus 81”, ”Terminus 82”…Les portails érigés à l’entrée de ces sous-quartiers, sous forme de barrières, par les riverains, dans l’optique de préserver leur quiétude, n’existent plus.

Ils ont été arrachés dans le cadre d’une opération ”de libération des voies d’accès secondaires”. Cette opération menée par le ministère de l’Equipement et de l’entretien routier, à travers l’Agence de gestion des routes (Ageroute), fait grincer des dents. La colère ruminée par les habitants est perceptible dans presque toutes les cités dortoirs concernées par l’opération. A la cité ”Star 9” où nous nous sommes rendue, le lundi 13 août 2018, les riverains, très remontés, ont érigé une barrière de fortune à l’entrée principale de leur cité. Ce poste de contrôle fait à l’aide de pneus usés, de morceaux de bois, de briques et de planches, après le démantèlement du portail d’accès, était surveillé par un groupe de jeunes, un peu surexcités. «On va voir par où les voitures vont passer. Avec cette histoire d’insécurité, où les ”microbes” (enfants en conflit avec la loi ; Ndlr) font la loi, on vient enlever nos portails qui assurent notre sécurité, et nous permettent d’être à l’abri des agressions, des vols et bien d’autres dangers», a martelé l’un des jeunes. Cela fait maintenant une semaine que la jeunesse de cette cité a décidé de se relayer, de jour comme de nuit, pour garantir la sécurité de leurs ”parents”.

Dans les cités ”Star 4, 5, 7”, c’est le même constat à ”Star 5” seulement, la voie d’accès à ce sous quartier de la commune de Cocody n’est pas barricadée. Le portail enlevé depuis quelques jours, après le passage des agents de l’Ageroute, est adossé à un mur. Un couturier dont l’atelier se trouve juste à l’entrée de la cité, a fait savoir que c’est sur ordre du président du syndic que le portail a été arraché. Selon les informations qu’il a pu glaner, les riverains ont accepté l’évidence, après une séance de travail avec des agents. Toutefois, les familles qui y résident, a souligné le couturier, ne cessent, depuis près d’une semaine, de se poser des questions sur leur sécurité. « Depuis quelques jours, nous dormons d’un œil comme des crocodiles. Nous avons la peur au ventre. Nous craignons que les voleurs viennent nous dévaliser et que les microbes s’attaquent à nous. Avec les portails, on était en sécurité. Maintenant qu’ils ont été arrachés, c’est l’angoisse au sein des familles », a déploré Mme Koffi Brigitte, une retraitée qui n’a pas manqué de demander l’opportunité de cette opération.

Tiémoko Brahima, riverain du quartier ”Le Mahou” s’est également plaint de ce que sa cité est exposée à toutes sortes de dangers, depuis que ses voies d’accès à ont été dépourvues de portails. « Nous ne comprenons rien. Les gens savent que nous avons adopté ce style de vie pour nous protéger contre l’insécurité grandissante à Abidjan. Nous ne sommes pas trop loin de la commune d’Abobo. Une commune confrontée à de sérieux problèmes d’insécurité, avec cette histoire d’enfants en conflit avec la loi. Il y aussi les gnambros qui pour le contrôle des gares s’attaquent à la machette. C’est souvent que ces conflits se terminent par des courses poursuites dans les quartiers. Avec cette décision d’enlever les portails nous ne sommes pas à l’abri de tous ces dangers », a-t-il dénoncé.

Tout le district autonome d’Abidjan concerné. La crainte de M.Brahima est partagée par les riverains des cités ”Les bonheurs” et ”Alabra”. « A une époque, des vols étaient très récurrents. Il était difficile pour nous de lutter contre ce phénomène. Des propriétaires ont même quitté le quartier simplement, parce qu’ils ne pouvaient plus supporter de se faire dévaliser. C’est l’érection des portails à l’entrée des cités qui a permis de réduire considérablement les cas de vol et l’insécurité. Nous sommes aujourd’hui angoissés par l’opération d’enlèvement des portails », a signifié Hervé Miazan, résident de la cité ”Alabra”. La population de la commune présidentielle n’est pas au bout de sa peine. Pendant plusieurs semaines, les agents de l’Ageroute vont passer au peigne fin, la commune la plus chic de Côte d’Ivoire pour démanteler tous les portails des barrières érigées à l’entrée des différentes cités résidentielles. Selon Serge Coman, directeur de la voirie et des réseaux divers à l’Ageroute, tout le district autonome d’Abidjan est concerné par cette opération.

« Toutes les communes du district autonome d’Abidjan seront visitées par les agents de la l’Ageroute. Les portails et les murs érigés sous forme de barrières dans les cités seront démantelées » a-t-il expliqué, avant de préciser que l’opération ménée par sa structure vise deux (2) objectifs. Si le premier répond à un souci d’assurer la sécurité des riverains, le second est quant à lui relatif à libération des voies d’accès secondaires, en vue de lutter contre les embouteillages dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire.

« Lors des inondations à Abidjan, la cité ”Alabra”a été la plus touchée parce que dans cette cité il n y a qu’une seule entrée et sortie. Quand dans la nuit l’eau a envahi toute la cité, le temps que ceux qui sont au fond de la cité retrouvent le portail, c’était la mort assurée. Ils pouvaient être sauvés si le quartier avait plusieurs voies d’accès. Malheureusement, les riverains ont fermé presque toutes les entrées et les sorties et cela a provoqué le drame que cette cité a connu lors des grandes saisons de pluies. Après la visite du président de la République à ”Alabra”, il a instruit ses ministres afin de libérer toutes les zones à risques. C’est dans ce cadre là que le ministère de l’Equipement routier a initié cette opération de libération des voies secondaires », a clarifié le directeur de la voirie et des réseaux divers. En plus de lutter contre les conséquences dramatiques des inondations et d’assurer la sécurité des riverains, l’opération vise à mettre de l’ordre dans l’utilisation rationnelle des voies secondaires. A en croire l’expert, les routes qui passent dans les citées résidentielles sont des voies secondaires faisant partie du domaine public.

« Les voies d’accès dans les quartiers ne sont pas des routes privées. Elles sont publiques et sont gérées par l’Ageroute. Elles doivent être utilisées par le contribuable et ne peuvent donc pas être fermées par les riverains sous prétexte qu’elles rentrent dans leur cité », a confié Serge Coman qui dit avoir parlé avec les présidents des syndics des quartiers de Cocody sur l’opportunité de cette opération ”de libération des voies d’accès secondaires”

Reportage réalisé par Elysée YAO

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment