11222017Headline:

Joël N’Guessan : « Le RDR aura son candidat, Nous ne sommes pas concerné par les propos du President bedié»

Succession d’Alassane Ouattara, relations avec Guillaume Soro… Le porte-parole du parti présidentiel prend position. Il réagit aux déclarations exclusives d’Henri Konan Bédié à Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Dans une interview exclusive accordée à Jeune Afrique dans son n°2945 (en kiosques jusqu’au 24 juin), Henri Konan Bédié affirme que le candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) en 2020 sera issu des rangs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Êtes-vous d’accord avec lui ?

Joël N’Guessan : La déclaration d’Henri Konan Bédié concerne les militants du PDCI. Pour le RDR, seul notre congrès est habilité à décider de ce qu’il va se passer en 2020. Cela ne nous concerne pas.

Mais il parle du RHDP, dont le RDR est membre…

Tous les partis membres du RHDP ont leur autonomie de gestion et de pensée. Donc le président d’un des partis du RHDP ne peut pas décider à la place des autres. Vous savez bien que Monsieur Mabri Toikeusse a décidé d’être candidat. Si Monsieur Bédié a décidé d’avoir un candidat, et bien qu’il laisse la possibilité aux autres de faire de même. Mais il ne peut pas dire que le RDR va s’inféoder à une décision qu’il prend seul. Cela n’est pas possible.

Henri Konan Bédié dit que c’est ce qu’il a convenu avec Alassane Ouattara…

Je suis désolé de constater que ce n’est pas ce que le président Ouattara a laissé entendre. L’appel de Daoukro n’a pas dit que le président Bédié pourrait désigner un candidat du PDCI pour succéder à Ouattara. L’appel de Daoukro est diversement interprété mais Alassane Ouattara a dit que ce serait le meilleur des Ivoiriens au sein du RHDP qui serait notre candidat. Et cela, après la mise en place du parti unifié. Aujourd’hui, ce qui compte c’est le parti unifié. Ce n’est pas ce débat malsain sur l’alternance.

Henri Konan Bédié est un ancien président, il est régulièrement consulté par Alassane Ouattara et a un rôle important au sein du RHDP. Il dit « l’appel de Daoukro, c’est l’alternance », pensez-vous qu’il ment ?

Je n’ai jamais dit qu’il mentait, je ne m’autoriserais jamais à dire que le président Bédié ment. Mais je lui dis tout simplement que  les termes qui créent le RHDP n’ont jamais dit qu’après Alassane Ouattara, ce serait quelqu’un du PDCI.

Nos militants ne comprendraient pas que nous n’ayons pas de candidat

Cela veut dire que le RDR aura son candidat pour 2020 ?

Le RDR aura son candidat, c’est une certitude. C’est légitime. Mabri Toikeusse de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) a annoncé qu’il serait candidat, le PDCI aura son candidat, si nous n’avons pas le nôtre, nous nous sabordons. Nos militants ne comprendraient pas que nous n’ayons pas de candidat. Cela va participer de la bonne démocratie.

Est-ce que cela veut dire que c’est la fin de l’alliance du RHDP ?

Non. Les termes que nous avons signés en 2005 [lors de la création du RHDP, NDLR] sont clairs. Nous avons dit qu’au premier tour de l’élection de 2010, chacun des partis garderait son autonomie et qu’au second tour, tout le monde soutiendrait celui qui était arrivé en tête. C’est ce que nous avons signé. Nous n’avons signé aucun autre document. Donc qu’on ne nous fasse pas de procès, qu’on ne nous dise pas que nous sommes de mauvais coucheurs ou que nous ne respectons pas nos engagements.

Pour 2020, vous reviendrez donc à une forme d’accord identique à 2010…

Bien sûr, tant que nous n’avons pas trouvé de nouvel accord.

Qui pourrait être le candidat du RDR ?

Ce sera au congrès de décider, donc permettez que je ne me prononce pas.

Votre congrès était annoncé pour juillet mais il a été reporté. Quand se tiendra-t-il ?

Il y a plusieurs dates qui sont envisagées, mais aucune pour l’heure n’a été retenue.

Ce débat sur l’alternance en 2020 est nauséabond est malsain car il empoisonne les actions du président et du Premier ministre

Certains estiment qu’Amadou Gon Coulibaly est désormais le dauphin d’Alassane Ouattara… Pourrait-il être votre candidat ?

Le Premier ministre est à la tâche, il est très préoccupé par ses actions au gouvernement. Il vient de réaliser une opération financière de haut vol [la Côte d’Ivoire vient de lever près d’1,6 milliard d’euros sur les marchés financiers, NDLR], il doit assurer les équilibres sociaux et économiques de notre pays. Je ne crois pas que ce soit sa préoccupation. Ce débat sur l’alternance en 2020 est nauséabond est malsain car il empoisonne les actions du président et du Premier ministre.

Mais pourrait-il faire un bon Président ?

Ils sont nombreux à pouvoir faire un bon président. Mais en plus, Amadou Gon a été secrétaire général de la présidence, maintenant il est Premier ministre donc il a vraiment les compétences pour assurer cette fonction. Encore faut-il que lui-même en exprime le désir.

Et Guillaume Soro ?

Il a dirigé la moitié de la Côte d’Ivoire, il a été Premier ministre, il est président de l’Assemblée nationale. Donc il a aussi les compétences pour diriger le pays. Ne vous en faites pas, en 2020, nous saurons choisir celui qui aura les compétences pour succéder à Alassane Ouattara.

Depuis qu’une cache d’arme a été retrouvée chez le directeur de protocole de Guillaume Soro, certains membres du RDR l’accusent d’avoir joué un rôle dans les mutineries qui ont eu lieu en janvier et en mai. Qu’en pensez-vous ?

J’estime que tant que l’enquête n’a pas aboutie, toutes les accusations sont des idées sorties tout droit de l’imaginaire de ceux qui veulent enflammer la situation politique.

Depuis les mutineries, les rivalités sont fortes au sein du parti. Créent-elles un risque d’implosion du RDR ?

Non, je ne crois pas. Guillaume Soro est un membre du RDR, il ne nous a jamais dit qu’il y avait des tensions. Je vous dis que tout ce qui se raconte est du domaine de l’imaginaire et vient de ceux qui veulent voir notre parti imploser. Mais ce ne sera pas le cas.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment