05172021Headline:

Journée Mondiale de la liberté de la presse : Jean-Claude Coulibaly exhorte le journaliste à se garder de tomber dans des compromissions

PRESIDENT DE L’UNION NATIONALE DES JOURNALISTES DE CÔTE D’IVOIRE

Monsieur le Représentant résident de l’UNESCO ;
Monsieur l’Ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire
Mesdames et Messieurs les représentant(e)s des partenaires institutionnels
Mesdames et Messieurs.
Comme depuis trois décennies déjà, le monde entier célèbre, ce lundi 03 mai 2021, « La Journée mondiale de la liberté de la presse ». Cette journée spécialement dédiée à la liberté de la presse a été instituée en 1991 à Windhoek, en Namibie à l’occasion d’un colloque international, sous l’égide de l’Unesco, ayant regroupé des journalistes de tous les continents, des acteurs de la Société civile et des défenseurs des droits de l’homme.
Cependant, c’est en décembre 1993 que l’Assemblée générale des Nations Unies a instauré une « Journée mondiale de la liberté de la presse », célébrée le 03 mai marquant la date de l’adoption de la déclaration de Windhoek.
Le thème de l’édition de cette année est : « l’Information comme bien public »
Ce qui renvoie à l’idée qu’une presse indépendante et pluraliste joue un rôle essentiel dans la quête et le maintien de la démocratie dans un pays. Cette idée est contenue dans la Déclaration de Windhoek de 1991.
L’information comme bien public signifie en d’autres termes que le plus grand nombre (le public) doit pouvoir accéder à l’information.

Mesdames et Messieurs,
La presse ivoirienne ne pouvait pas rester en marge de cette célébration mondiale de la liberté de la presse. Dès le 29 avril, l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) et son partenaire l’UNESCO ont organisé à la Maison de la Presse d’Abidjan (MPA), une conférence avec des panélistes de référence.
Ce jour, lundi 03 mai 2021, nous avons arpenté les rues de la commune de Cocody pour marquer le coup. L’année dernière, malheureusement, nous n’avions pu faire de marche à cause de l’apparition de la crise sanitaire du Covid 19 qui avait créé la psychose au sein de toute la communauté internationale des humains. Cependant, nous avions organisé un Webinaire (conférence en ligne) avec, comme toujours, notre partenaire traditionnel, l’UNESCO.
Nous espérons que les festivités de cette année vont se poursuivre jusqu’au mois de novembre où nous comptons organiser une grande tournée d’information et de sensibilisation sur la nécessité pour toute la communauté nationale, d’une presse libre et indépendante. Afin que nos consœurs et confrères dans toutes les régions de notre pays, puissent exercer leur métier au service de service public dans la Sérénité.
Mesdames Messieurs,
La liberté en générale et la liberté de la presse en particulier est une quête de tous les jours. Les puissances politiques ou d’argent résistent difficilement à la tentation de cacher ou de manipuler l’information pour servir leurs causes. Il est donc impérieux pour chaque membre de cette corporation du métier d’informer de rester vigilent, d’être jaloux de sa liberté et se garder de tomber dans des compromissions. Car, comme le dit si bien Jean Jacques Rousseau « L’homme est né libre, mais partout, il est dans les fers ». Brisons ensemble nos chaînes tout en gardant à l’esprit que toute liberté comporte la responsabilité.

Jean-Claude Coulibaly
Président de l’UNJCI

Comments

comments

What Next?

Related Articles