04232024Headline:

JOURNÉE NATIONALE DES EXPORTATEURS DE CAJOU : LE GOUVERNEMENT DONNE L’ASSURANCE AUX ACTEURS

Les travaux de la 5e édition de la journée nationale des exportateurs de Cajou (JNEC-CI) ont débuté, ce mercredi 14 février 2024, à l’hôtel Radisson Blu d’Abidjan.

Placée sous le haut patronage de Dr Robert Beugré Mambé, Chef du Gouvernement, cette rencontre de trois (03) jours connait une forte participation des acteurs nationaux du monde du cajou et leurs invités venus d’Asie, d’Europe, d’Amérique et d’Afrique.

Ouverte officiellement par le Ministre d’Etat chargé de l’agriculture, du Développement Rural et des Productions Vivrières, la JNEC-CI 2024 va se pencher sur le thème : « Durabilité de la filière anacarde, gage de compétitivité et de croissance de l’économie ivoirienne » durant les trois (03) jours de travaux.

Le Gouvernement rassure
Devant les différents acteurs de la filière Anacarde, le Ministre d’Etat, Kobenan Kouassi Adjoumani a encouragé cette initiative avant de préciser l’accompagnement résolu de l’Etat de Côte d’Ivoire pour le secteur. « Le thème de cette édition qui met en avant la notion de durabilité, nous interpelle à plus d’un titre, tous autant que nous sommes : Etat, acteurs de la filière, investisseurs et population » a-t-il dit.

 

L’industrialisation s’impose, le passage à la transformation avec les hommes et les femmes réunis ici et maintenant ne peut plus attendre et c’est la volonté clairement affichée du Président Alassane Ouattara qui travaille, sans relâche à l’atteinte de ces objectifs avec vous, avec votre engagement, dans un moyen terme

Selon lui, « ces journées visent à créer un cadre d’échanges entre les acteurs mondiaux de la filière anacarde afin de mener des réflexions profondes et pertinentes sur la fluidification du commerce des produits de l’anacardier dans le monde. Les résultats de vos travaux devraient conduire à une meilleure gestion de la chaine de valeur, à la consolidation des acquis et à l’accroissement de la richesse créée ».

Pour le Ministre en charge de l’Agriculture, « notre volonté d’accroître notre capacité de production et de transformation de noix brutes, doit s’inscrire dans les exigences mondiales de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, en vue de préserver le bon état de notre planète. La notion de durabilité nous interpelle car les techniques et technologies nécessaires à une industrie ivoirienne forte, inclusive et compétitive doivent être maîtrisées par nos acteurs nationaux, mais dans le respect des exigences environnementales ».
LA NOIX DE CAJOU DESORMAIS 2ÈME PRODUIT D’EXPORTATION AGRICOLE APRÈS LE CACAO

Industrialisé le secteur
« La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de noix de cajou, premier exportateur mondial de noix de cajou, troisième transformateur mondial de cajou, c’est assez honorable, mais pas suffisant pour générer les ressources nécessaires à relever les défis de l’émergence » a laissé entendre le Ministre d’Etat.

« Nous ne pouvons pas relever les défis du 21è siècle avec les dispositions économiques du 20è siècle. Le temps de l’économie purement agricole est révolu. L’industrialisation s’impose, le passage à la transformation avec les hommes et les femmes réunis ici et maintenant ne peut plus attendre. C’est la volonté clairement affichée du Président Alassane Ouattara qui travaille, sans relâche à l’atteinte de ces objectifs avec vous, avec votre engagement, dans un moyen terme ».

 

What Next?

Recent Articles