07252017Headline:

Kone Bruno et les internautes, à couteaux tirés-La replique des reseaux sociaux

Bruno kone na

En parlant de ” “sur-représentation” du contre par rapport au pour” des décisions du gouvernement et en affirmant que “quand on prend les noms de ceux qui commentent l’actualité ivoirienne, on arrive difficilement à 100 ou 200 personnes..”, les internautes, c’est à dire nous, qui sommes avant tout des citoyens, ont senti leur orgueil fouetté..Nous nous sommes senti insultés. Quoi de plus normal.

La ou le ministre Koné Bruno a tout faux.

La Cote d’Ivoire compte à ce jour, pour 8 millions d’internautes, chiffres du ministres lui-même, drôle n’est ce pas, plus 2 millions de comptes facebook. A comparer à la liste électoral pour rester d ans la logique politique du ministre en charge des Tic qui compte 5 millions d’électeurs dont 75% sont des jeunes donc des geeks et férus d’internet, ça donne à réfléchir?
Et la page la plus aimée, “liké”, c’est celle de Orange avec 121 242 likes. Est-ce à négliger de la part cette entreprise? Le Community Manager ne serait pas inquiet, alerté si 200 commentaires s’attaquaient à la qualité de produit? Le célébrissime Didier Drogba affiche 5 301 778 de fans sur sa page facebook dont 99 829 en Cote d’Ivoire. Il est clair que cela reflète l’immense popularité de footballeur dans son pays.

Si le ” leadership se définit comme cette capacité à mobiliser les énergies autour d’une action devenue commune” alors les UGC, “Users Generated Contents” ou les publications ou “contenu créé par les utilisateurs” des internautes font déja d’eux des leaders d’opinion. Ce sont donc des influenceurs, c’est à dire « des donneurs d’informations et de conseils qui conduisent le receveur de l’opinion à accepter la position conseillée » selon Sheth, Mittal et Newman (1999). Si l’information c’est le pouvoir, alorsd celui qui détient l’information et la produit détient un pouvoir sur les autres. Ils sont donc capables de mobiliser des opinions autour des causes qu’ils défendent.
Dans un contexte de cherté de la vie, de chômage surtout des jeunes, ou la grogne sourde et permanente se mêlent à des conflits inter communautaires léthales, est-il judicieux, stratégiquement opportun de minimiser ou de donner l’impression qu’il a aucun probleme?Que tout va bien même si tout vas pas mal?
La ou les internautes ratent le coach

Mais le hic, c’est que depuis hier les réactions à ce “crime de lèse majesté” offre plus d’épanchements émotifs et incantatoires que d’arguments pour briser l’argumentation du ministre. Les textes d’attaque sensés êtres solides ne sont que des attaques à sa personne et à ses liens matrimoniaux. Les conceptions graphiques pour caricaturales et virales qu’elles soient sur la toile, répondent bien peu aux affirmations du ministre. C’est à la limite de la puérilité c’est multiples posts pour attaquer le ministre Kone Bruno.
On en oublie l’objet de la colère et les suites à donner à cette révolte embryonnaire contre la cherté de la vie et les ponctions financières énervantes constatées ça et la.
Tout en faisant l’effort de rester dans l’axiologie de la « Neutralité » et l’ « impartialité » dans mon billet dans cette guerre des réseaux sociaux contre le ministre qui devrait être le plus proche d’eux, je remarque que la seule occasion de rendre concrète les protestations vient de finir en flop. Ceux qui avait projeter de manifester ce matin à la Place de la République ont plutôt offert un spectacle de désert, de désertion, au seul activiste qui, arborant un t-shirt, a osé appliquer le mot d ‘ordre dans le monde réel.
On est encore loin, surement très loin de la puissance des réseaux sociaux dans les révolutions arabes, ou ils ont eu la capacité de mobiliser des foules et de susciter des mouvements d’opposition qui ont fin à des dictatures.

Bakary cissé

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment