11202018Headline:

La chasse aux mercenaires au sein de l’armée ivoirienne en Côte d’Ivoire.

Le chef d’état-major, le Général Sékou Touré, avait annoncé une opération d’identification des militaires composant l’armée ivoirienne. Au terme de ce recensement, plusieurs soldats ont été radiés pour n’avoir pu prouver leur nationalité ivoirienne.

Le Président Alassane Ouattara, chef suprême des armées, avait pris une loi de programmation militaire afin de procéder à une restructuration profonde des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI). Il s’agissait, pour les autorités ivoiriennes de mettre sur pieds une armée moderne, disciplinée, respectueuse des droits de l’homme et surtout dépouillée d’individus de tout acabit qui s’y sont fait frauduleusement recruter.

Aussi, à côté de l’opération de départs volontaires qui a connu un franc succès, une opération parallèle d’identification de tous les hommes en tenue avaient été lancée. A cet effet, chaque soldat devait produire un certificat de nationalité ivoirienne portant la seule signature du président du tribunal de sa localité d’origine.

Au terme de cette opération plusieurs militaires qui n’ont pu prouver leur nationalité ivoirienne ont purement et simplement été extirpés des forces ivoiriennes. Ainsi que l’a annoncé le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, lors de la séance parlementaire du 5 novembre.

« Nous nous sommes rendus compte qu’avec la réunification de l’armée et la manière dont on a récupéré tout le monde, il y avait certains qui n’arrivaient pas à prouver leur nationalité. Nous en avons sorti et nous avons fait un enrôlement biométrique », avait indiqué le patron de la Défense ivoirienne, avant d’ajouter : « Je peux vous dire qu’il y a certains qui ne se sont pas présentés. Ils ont préféré quitter les rangs. Parce qu’ils savaient que s’ils mettaient leurs empreintes, peut-être qu’elles n’allaient pas correspondre. »

Notons que dans le cadre de la réunification de l’armée ivoirienne (FDS et FAFN) plusieurs mercenaires venus des pays limitrophes avaient intégré les rangs à l’aide de documents administratifs falsifiés. L’opération lancée par le ministère de la Défense vient ainsi de les mettre à découvert.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment