05172022Headline:

La chronique de Fernand Dédeh

À Barthelemy Zouzoua Inabo: Ton Camarade a parlé de demi-douzaine de potentiels successeurs et les spéculations vont bon train dans les officines et la case. Un journaliste a tracé le portrait-robot d’un membre-type de la demi-douzaine. Un politologue est sans pitié pour la classe politique nationale: « certains hommes politiques ne connaissent même pas l’emblème du pays ».
La Côte d’Ivoire attend le gouvernement resserré de ton Camarade. Les ministres en fonction sont dans l’expectative et écoutent aux portes. Il a agité un autre foulard. Celui de la nouvelle génération si un cas de force majeur ne vient pas changer ses plans.
Question du journaliste: En 2025, vous serez candidat?
Réponse de ton Camarade: « En 2025, nous verrons bien. »
Question du journaliste: Vous avez pensé à quelqu’un qui pourrait porter les couleurs du RHDP en 2025?
Réponse de ton Camarade: « ils sont très nombreux et très compétents. Il y a une demi-douzaine de personnes à qui je pense… »
Feu. Les membres de son groupement s’interrogent entre-eux, si ce n’est se piègent entre-eux: « Qui fait partie de la demi-douzaine ».
Évidement, en politique, c’est connu, celui qui tire le premier et parle trop s’expose. Ton Camarade agit comme le Vieux à l’époque: Il dort d’un œil. Comme le crocodile étouffé du lac de la Principauté.
Cependant, un journaliste ivoirien a dressé un portrait robot de celui qui veut nourrir le secret espoir de figurer au nombre de « la demi-douzaine »:
(1) Expérience avérée dans la gestions des affaires publiques
(2) Pas de casseroles bruyantes
(3) bonne assise politique régionale incontestable
(4) Rassembleur et bien introduit dans toutes les régions et toutes les obédiences
(5) non inconnu à l’extérieur notamment chez les grandes Puissances
(6) Pas trop pauvre et généreux avec sa propre poche et non les poches de la République
(7) capable de dompter ses propres ambitions pour le bien du pays
( une popularité légitime au sein du parti
(9) Esprit d’équipe
(10) Entre 55 et 65 ans et en bonne santé
Maintenant, remplis les cases et dis-moi…
À la faveur de la présentation du rapport sur les élections de 2020 de l’observatoire ivoirien des Droits humains, ce vendredi 18 février 2022 à Abidjan, un politologue a ajouté une couche: les Hommes politiques n’ont pas les moyens intellectuels de leurs ambitions. Accusant certains de ne même pas connaître l’emblème du pays et parlent trop. « Il faut qu’ils corrigent leurs langages. Nous ne sommes pas au marché Cocovico. Nous sommes dans la République. ». Dure sentence.
À propos justement des élections en Côte d’Ivoire, l’OIDH et ses invités ont identifié les problèmes à la base des violences.
1- La banalisation du crime. De 95 à 2020, la balance des violences a évolué dans le mal.
2- Les problèmes socio-communautaires à régler en amont: problème de terres mal réglés, manque de confiance dans l’autorité.
3- L’efficacité de la réponse de l’Etat aux violences.
4- Le refus de l’alternance démocratique
5- un panéliste a suggéré la criminalisation des violences électorales et pointer la responsabilité des organisateurs des élections.
6- un autre a conseillé aux Ivoiriens de se parler et sincèrement.
Les violences électorales en 2020, ont fait 84 morts et 484 blessés.
Des morts et des blessés, malheureusement en 2022, à Man, dans l’Ouest du pays. Suite à l’explosion de bouteilles de gaz. C’est une équipe gouvernementale-commando de la Solidarité, conduite par la ministre de la Solidarité et de la lutte contre la Pauvreté qui s’y rend ce samedi 19 février 2022 pour apporter soutien et compassion aux parents en détresse et éprouvés.

Comments

comments

What Next?

Related Articles