05262018Headline:

« La Côte d’Ivoire semble se développer sans tenir compte de l’existence de la région du Gl Guéi » (Député)

« La Côte d’Ivoire semble se développer sans tenir compte de l’existence de la région du Gl Guéi ». C’est la conviction du député (RDR) de Biankouma. Voici le cri du cœur de Soumahoro Kando. Abandon région de Robert Guéi ?

A la mort du président Félix Houphouët-Boigny, avant même de fixer la date officielle de ses obsèques, des voix s’étaient levées pour réclamer l’alternance politique, la peur s’est installée et chaque jour avait sa petite histoire, alors l’héritier constitutionnel avait vite fait de prendre ses responsabilités. Une vraie crise politique s’était installée avec son cortège de limogeages, suite à des accusations de tentatives de coup d’Etat, de mandat d’arrêt international et autres menaces.

A lire aussi. Tiken Jah à propos du parti unifié RHDP : « C’est un mariage forcé qui aura des répercussions sur la paix »

C’est dans ce climat délétère que Dieu, à l’occasion d’une banale affaire de primes impayées réclamées par des militaires, va opérer l’alternance. Les militaires qui avaient pris finalement les armes ont contacté successivement les généraux Lansana Palenfo, Abdoulaye Coulibaly, Mathias Doué en vue d’avoir leur parrainage sans succès.

Le général Robert Guéi contacté à son tour, a essayé, en vain, de convaincre le président Henri Konan Bedié de discuter avec les militaires grévistes et les rassurer de satisfaire leurs revendications. Le président Bedié ayant constaté que la pierre rejetée par lui était devenue la principale, n’a pas cru bon de croire en la sincérité de la médiation du général Guéi. Nous connaissons tous la suite.

L’alternance venait de se réaliser mais pas comme les acteurs politiques l’auraient souhaité. Les exilés sont autorisés à rentrer pour prendre part à la vie politique de la nation. La transition militaire à été animée par les militants du FPI et du RDR qui n’ont pas condamné le coup de forcé accueilli par la,population ivoirienne comme cadeau de Noël.

Des élections ont été organisées dans des conditions hâtives et le président Laurent Gbagbo a accédé au pouvoir par la force de ses militants en 2000. A peine deux années de pouvoir, il va faire face à une rébellion bien structurée qui va l’obliger au partage du pouvoir, jusqu’en 2010 où des élections sont organisées et grâce à la fibre patriotique du président Bédié, le président Alassane Ouattara va accéder au pouvoir au deuxième tour.

Toujours dans un esprit de paix, le même Bédié va lancer l’appel de Daoukro afin de donner un deuxième mandat au président Alassane Ouattara, en violation des accords politiques d’Afrique du Sud qui obligeaient les présidents Bédié, ADO et Gbagbo à l’exercice d’un seul mandat électif. La majorité des Ivoiriens, dans un souci de sauvegarde de la paix, ont, dans une ferveur pleine d’espoir, accordé ce deuxième mandat au président Alassane Ouattara.

Abandon région de Robert Guéi ?

La Côte d’Ivoire semble se développer sans tenir compte de l’existence de la région de celui qui a opéré l’alternance quelle que soit la manière. Sa région ne bénéfice pas des retombées de la croissance économique, ses enfants ne sont pas considérés comme ceux d’un ancien chef d’État et ses résidences ne bénéficient d’aucune assistance de la part de l’Etat. Les raisons sont très clairement trouvées.

Que pouvions nous attendre de la gestion du pays par le duo Bédié-ADO, sachant que c’est le premier qu’il avait évincé du pouvoir et rejeté la candidature du second des présidentielles de 2000 ? Aujourd’hui, après tous les dividendes obtenus par Bédié dans cette gestion du pouvoir par lui et son jeune frère, il revendique une alternance, au mépris de toute règle démocratique qui voudrait que le meilleur des Ivoiriens soit choisi par le peuple.

Aujourd’hui, il devrait être animé par la sagesse en annonçant sa retraite politique et partir avec tous les honneurs qui pourraient sauvegarder les acquis de ses enfants. En 2020, les Ivoiriens sauront démontrer leur maturité politique car l’avenir de la Côte d’Ivoire reviendra à celui des enfants qui saura partager dans la diversité politico-ethnique et religieuses. Nous avons la grâce de Dieu.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment