02082023Headline:

L’Allemagne met à l’eau son premier terminal méthanier en mer du Nord

Un contrat entre l’entreprise américaine ConocoPhillips et le Qatar a été signé pour le terminal de Wilhelmshaven. Mais la livraison de gaz ne débutera qu’à partir de 2026.

Les négociations entre les énergéticiens allemands –RWE et Uniper en tête– et les principaux fournisseurs mondiaux, comme le Qatar, les Etats-Unis ou le Canada, patinent.

Les producteurs cherchent à conclure des contrats longs, pour rentabiliser leurs investissements tandis que Berlin veut du court terme afin de se passer progressivement des énergies fossiles.

“Les entreprises doivent savoir que, si nous voulons respecter nos objectifs (de neutralité carbone, NDLR), les achats allemands seront de moins en moins importants au fil du temps”, a ainsi martelé fin novembre le ministre de l’Economie Robert Habeck.

Au sein des associations écologistes, critiques sur les projets GNL, l’association DUH a annoncé vendredi des “actions juridiques” contre Wilhelmshaven. Une dizaine de militants écologistes manfestaient dans la ville, avec des pancartes demandant la “fin du gaz”, a constaté un journaliste de l’AFP.

Coupures
Sans contrat significatif, l’Allemagne est exposé à la volatilité des marchés spot de court terme pour se fournir.

Les prix ont certes baissé depuis l’été. Mais le marché pourrait se tendre dès 2023, en raison de la reprise de la demande en Chine, qui abandonne peu à la peu la politique “zéro Covid”.

Et l’hiver actuel en Allemagne, particulièrement froid, pourrait vider les cuves plus rapidement que prévu.

“La consommation de gaz augmente. C’est un risque, particulièrement quand la vague de froid se prolonge dans le temps”, a alerté récemment le chef de l’Agence nationale des réseaux Klaus Müller.

Dès lors, “on ne peut pas exclure des coupures pour l’hiver prochain”, estime Andreas Schroeder, expert pour l’institut londonien ICIS.

Les autorités allemandes appellent donc la population à poursuivre ses efforts pour économiser la ressource. L’objectif de Berlin est d’économiser 20% de gaz cet hiver, contre “13%” actuellement, selon M. Müller.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles