12062016Headline:

L’annonce des législatives pour le18 décembre 2016 en Côte-d’Ivoire pour casser la dynamique et la stratégie de l’opposition ?

bakayoko youssouf

Alors même que le conseil constitutionnel n’avait pas fini de proclamer les résultats définitifs du référendum du 30 octobre 2016, le gouvernement Ouattara, réuni en conseil des ministres hier jeudi a ouvert un autre front en annonçant les législatives pour le 18 décembre 2016.

Il met ainsi sous pression la Commission électorale et dans le même temps, tente de noyer la stratégie de l’opposition qui rejette le résultat du référendum constitutionnel. Ouattara joue-t-il là franc-jeu ? Selon la pratique, le processus commençait par la CEI qui fait des propositions de dates au gouvernement qui choisit en dernier ressort et convoque le collège électoral.

Ouattara sait pertinemment que l’opposition est encore sous le choc créé par ce qu’elle considère comme une technologie électorale qui consiste à donner un semblant de légitimité au vote de dimanche. En programmant les élections des députés à la mi-décembre avec un délai assez court pour le dépôt des candidatures à partir du 7 novembre, il veut ainsi disperser les forces hostiles et déplacer dans le même temps le débat. Soit qu’elle suit deux lièvres à la fois (la contestation de la constitution et la participation aux législatives) soit qu’elle abandonne carrément la question du référendum constitutionnel pour se concentrer sur les législatives. Ouattara pense que l’opposition radicale (front du refus et coalition du non) entretient une unité factice qui va forcément se fissurer dès l’annonce de cette date. Les uns et les autres n’ayant pas, dans son entendement, les mêmes intérêts face à la question des législatives, une élection qui, bien que nationale, met en exergue l’équation personnelle de ceux qui y postulent. Et quand on sait que cette nouvelle alliance (front du refus) compte en son sein des députés qui voudront se faire réélire, il y a là, une occasion de dispersion des forces qui n’échappe pas aux stratèges du pouvoir.

Sur ce point précis, ces stratèges misent déjà sur la position d’Affi N’guessan du Fpi qui, de leur avis, pourrait faire bouger les lignes par sa participation annoncée avant même le référendum.
Cependant l’opposition n’a pas encore dit son dernier mot. Sa crédibilité est plus que jamais en jeu après la raclée de la défunte Cnc qui avait pourtant suscité beaucoup d’espoir dès sa naissance en 2015. Elle veut tirer les leçons de ses échecs et démontrer sa détermination à tenir face à tous les pièges du pouvoir. C’est une nouvelle bataille qui commence. Entre renoncer à la participation et tenir ferme sa position actuelle et se disloquer pour divergence de vue, Mamadou Koulibaly et ses alliés sont à l’épreuve de leur survie politique.

SD à Abidjan

Connectionivoirienne

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment