12092022Headline:

L’armée russe annonce une évacuation prochaine autour de Kherson

L’armée russe a affirmé mardi 18 octobre que la situation sur le terrain était « tendue » pour ses troupes face à une contre-offensive ukrainienne, notamment à Kherson dont la population devait être évacuée prochainement, après plusieurs revers marquants des forces russes dans l’est et le sud.

Jamais dans l’histoire moderne de la Russie, un général à la tête d’une intervention armée n’a été aussi exposé au grand public. Sergueï Sourovikine dirige officiellement depuis quelques jours ce qu’en Russie, on appelle toujours l’opération militaire spéciale en Ukraine.

Déjà, il apparait souvent sur les écrans russes. Ce mardi soir, le visage grave, c’est lui qui sonne l’alarme à la télévision. La situation est « très difficile » en particulier à Kherson, dit-il.

Les frappes ukrainiennes visent les infrastructures civiles et perturbent l’approvisionnement en électricité, en eau et en nourriture de la ville.

C’est donc, précise-t-il, une « menace directe pour la vie des habitants ». L’armée va donc procéder à leur évacuation.

Pour le gouverneur pro-russe de la région, cela permettra aussi « aux militaires de faire leur travail de manière qualitative et avec moins de pertes pour la population civile ».

Le gouverneur de la région de Kherson, Vladimir Saldo :

L’Ukraine a déclaré à la Russie une guerre totale et accumule maintenant d’énormes forces dans les directions Nikolaev et Krivorozhye. L’armée russe accumule également des forces pour contrer une éventuelle contre-offensive. La situation menace les habitants de la région de Kherson. Dans ces conditions, nous avons pris la seule décision qui peut réduire les risques pour les civils. J’annonce le déplacement volontaire des habitants des districts de Berislav, Belozersky, Aleksandrovsky et Snigirevsky. Notre armée a de très fortes capacités pour repousser toute attaque. Mais pour que les militaires travaillent calmement et ne pensent pas que les civils sont derrière eux, il faut quitter les zones que j’ai nommées. Et permettre aux militaires de faire leur travail de manière qualitative et avec moins de pertes pour la population civile.

Pessimisme aussi sur la situation pour la Russie dans cette zone chez les correspondants militaires. L’un deux disait ainsi ce mardi soir : « Qu’adviendra-t-il de Kherson ? La situation nous le dira. Le territoire peut toujours être récupéré, les soldats morts, jamais. »

Ce mercredi se tient à nouveau en Russie un conseil de sécurité. Les législateurs ont également été prévenus qu’ils allaient travailler tard. La Russie s’attend à de nouvelles mesures fortes.

« Le fait même que Sourovikine donne une interview est un événement. L’armée s’exprime, elle a trouvé un visage et une certaine incarnation », note la politologue Tatiana Stanovaya.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles