12032022Headline:

Le chancelier Scholz souhaite «développer davantage» les liens économiques avec la Chine

German Chancellor Olaf Scholz meets Chinese President Xi Jinping in Beijing, China November 4, 2022. 

Cette première visite d’un dirigeant de l’UE et du G7 dans l’empire du milieu depuis le début de la pandémie de Covid-19 «renforce» la coopération avec l’Allemagne, a salué Xi Jinping.Le chancelier allemand Olaf Scholz a rencontré ce vendredi à Pékin son homologue chinois Xi Jinping. Une visite qui doit permettre de «développer davantage» la coopération économique entre les deux pays, selon le premier.Un objectif partagé par le leader asiatique pour qui la visite à Pékin du chancelier Olaf Scholz «renforçait la coopération pratique» avec l’Allemagne, selon des propos rapportés par la télévision publique CCTV.

Un voyage vu d’un œil critique non seulement en Allemagne, mais aussi en France, à Bruxelles et Washington. Le chancelier n’a d’ailleurs pas caché la nécessaire coopération, en dépit «de points de vue différents».«Nous voulons également discuter de la manière dont nous pouvons développer notre coopération (…) sur d’autres sujets : le changement climatique, la sécurité alimentaire et les pays endettés», a-t-il ajouté au président chinois, selon une source gouvernementale allemande à l’AFP.

Dans les pas d’Angela MerkelCette visite en Chine est la première d’un dirigeant de l’UE et du G7 depuis le début de la pandémie. Elle intervient dans un contexte de défiance croissante de l’Occident face au régime autoritaire chinois. La stricte politique du zéro Covid a conduit la deuxième puissance économique du monde à fermer ses frontières depuis bientôt trois ans.

En mettant cap vers l’empire du milieu, Olaf Scholz renoue les visites de son prédécesseur, la démocrate-chrétienne Angela Merkel (12 voyages en 16 ans de pouvoir). Il sera accompagné d’une délégation d’industriels, dont les patrons de Volkswagen et BASF.

S’il reconnaît dans une tribune publiée juste avant son départ, que «la Chine d’aujourd’hui n’est plus la même qu’il y a cinq ou dix ans», citant notamment le récent congrès du Parti communiste chinois qui a cimenté le pouvoir du président Xi Jinping.

Il n’envisage pas de découplage dans le domaine économique vis-à-vis de la Chin, mais une réduction des «dépendances unilatérales» avec «sens des proportions et pragmatisme».

Avec AFP

Comments

comments

What Next?

Recent Articles