11212018Headline:

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, explique la décision de son exclusion du PDCI-RDA « nulle et de nul effet » parce qu’elle serait illégale.

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani a clamé, lundi, son appartenance toujours au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), estimant la décision de son exclusion « nulle et de nul effet » parce qu’elle serait illégale.

M. Kobenan Adjoumani, par ailleurs président exécutif du mouvement “Sur les traces d’ Houphouët-Boigny”, a réagi par le biais d’une conférence de presse qu’il a animée, au Golf Hôtel, au lendemain de l’annonce de la décision d’exclusion qui concerne également 17 autres personnalités PDCI favorables au parti du rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) unifié et ayant participé à l’Assemblée générale constitutive en tant que membres fondateurs.

Annonçant la décision, dimanche, le secrétaire exécutif du part septuagénaire (PDCI), Maurice Kakou Guikahué avait estimé que ces 18 militants s’étaient « exclus eux même » au regard de la loi N° 93-668 du 9 août 1993 relative aux partis et groupements politiques qui interdit à quiconque d’appartenir à deux partis politiques à la fois. Ces militants exclus ont été ainsi défendus de parler, d’agir au nom du PDCI-RDA et d’en arborer les insignes.

M. Adjoumani a rejeté la décision, estimant qu’elle émane de la seule volonté de M. Guikahué contre qui il s’est montré très critique. «Par quelle alchimie juridique, un secrétaire exécutif peut-il radier ou exclure des militants ? Quelle est l’assise légale d’une telle décision », s’est-il interrogé avant de déclarer que «ces décisions sont nulles et de nul effet ».

« Pour nous, il ne s’est rien passé (…) aucun militant n’a été radié du PDCI-RDA. Personne non plus ne s’est exclu », a-t-il insisté, dénonçant un non respect des dispositions réglementaires régissant le parti.

Le président exécutif du mouvement “Sur les traces d’Houphouët-Boigny” avait pour l’occasion à ses côtés quelques uns des cadres « exclus » dont la présidente de l’UFPDC urbaine, Douai Odette Ehui née Agnéro.

Il a également rejeté en bloc l’argument de la double appartenance à un parti politique, faisant remarquer que le RHDP unifié n’est pas encore pleinement un parti politique, l’AG constitutive n’ayant fait que mettre en place les organes provisoires.

«Par conséquent, les seules cartes de militants dont nous disposons pour l’heure sont celles du PDCI-RDA », a conclu Kobénan Adjoumani.

 

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment