08212018Headline:

Le Molare parle : Malgré tous les coups pris, les calomnies et les injures… après ma décoration par Maurice Bandaman, je ne suis pas resté muet.

Molare fait partie des six personnalités de la Culture ivoirienne qui ont reçu le jeudi 19 avril 2018 à l’Insaac la médaille de Chevalier dans l’Ordre national du mérite culturel. Cette distinction à lui décernée par le premier responsable de la Culture ivoirienne, Maurice Bandaman, n’a pas laissé sans voix le Boss de M Group, par ailleurs, à l’origine de la création du couper-décaler.

Il aura fallu attendre une quinzaine d’années pour le Molare avant de voir son travail récompensé. Le compagnon de Douk Saga a reçu sa première grande distinction et reconnaissance nationale. Pour une telle reconnaissance à son endroit, le seul du couper-décaler parmi les 5 autres récipiendaires que sont les pères Tanoh Akoudan et Yapo Richard, Bilé Didier, Aimé Zébié et Angelo Kabila, Molare n’est pas resté muet.

À lire cet article : Mérite culturel : Deux prêtres et des artistes décorés, la pension de 300 000 Fcfa par mois élargie à de nouveaux bénéficiaires

Dès qu’il a reçu sa médaille des mains du ministre de la Culture et de la Francophonie, Le Molare s’est empressé de partager la nouvelle avec ses fans via sa page Facebook. « Merci à l’État de la République de Côte d’Ivoire de m’avoir élevé au grade de Chevalier dans l’Ordre national du mérite culturel. Cérémonie émouvante qui me rappelle d’où je viens… Je remercie avec humilité tout le monde, tous ceux que j’ai croisés partout où je me suis rendu et tous ceux qui ont aidé à ma construction », a-t-il témoigné à ses fans.

Pour lui, cette reconnaissance, après 15 années consacrées à la promotion de la musique ivoirienne, a été possible grâce à l’acharnement au travail, aux bénédictions reçues des parents et aussi à sa crainte du “Père Céleste”. Toutefois, reconnaît-il, il lui aura fallu durant tout ce chemin parcouru se vêtir des manteaux du courage, de l’humilité et de l’espérance. Non pas parce qu’il n’a pas reçu de coups et d’obstacles sur son chemin.

Lire aussi : Molare livre des secrets sur Douk Saga, onze ans après sa mort: « Il voulait se présenter aux élections présidentielles »

Mieux, tous ces obstacles et souffrances, Molare dit les avoir abordés avec détermination et envie de prouver qu’il a du coffre pour réussir dans sa passion. Résultats, en 15 ans, il a pu mettre sur pied quatre entreprises prospères travaillant au service de la culture et de la musique ivoirienne. « Malgré tous les coups pris, les calomnies, les injures que les gens ont dit de ton fils, tu as été là (..).15 années dans ce genre musical avec 4 entreprises qui prospèrent et qui travaillent au service de la culture et de la musique ivoire. Ton fils est décoré Chevalier dans l’Ordre national du mérite culturel. J’ai cru au travail dans la souffrance avec tous ceux qui m’ont accompagné et qui m’accompagnent au quotidien. On a prédit que je n’allais pas y arriver, mais j’y arrive (…) », a partagé le récipiendaire témoignant sa reconnaissance à sa mère pour son soutien constant à son endroit.

Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment