09202019Headline:

Le président Bédié reçoit du soutien de la délégation PDCI d’Atlanta

Déclaration du PDCI-RDA, Délégation d’Atlanta, États-Unis

A la suite du Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, nous voulons lancer un vibrant appel aux ivoiriens, où qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, et quelque soit leur orientation politique.

Nous avons tous en commun la terre nourricière ivoirienne. Telle la poule aux œufs d’or, il faut absolument se garder de la malmener. Au contraire, il faut se préoccuper de sa santé afin qu’elle continue de pondre les œufs si chers à notre vie quotidienne. Si nous n’avons rien appris des crises répétées en Afrique, la seule crise postélectorale de 2011 doit nous enseigner la sagesse et l’humilité pour comprendre qu’une nation se construit dans l’Union de tous les fils et filles du pays; dans la Discipline devant les lois et règlements du pays; et enfin dans le travail, afin de hisser le pays au rang des nations qui comptent dans le monde.

Or, nous assistons depuis peu à des évènements de nature incontrôlée et inquiétante qui dénotent de l’absence de l’état de droit en Côte d’Ivoire. A titre d’exemple, nous pouvons citer les tristes évènements de :

  • Bouna (en Avril 2016),
  • Kanakono (le 24 Décembre 2017),
  • Zouan-Hounien en (Novembre 2018),
  • Bangolo (le 24 Juin 2018),
  • Facobly (en Juillet 2018),
  • Issia (en Octobre 2018 avec la sortie punitive des DOZOS contre les populations autochtones),
  • Duekoué (en Novembre 2018),
  • Bin Houin (en Avril 2019),
  • Marabadiassa (en Février 2019),
  • Béoumi (en Mai 2019) et
  • Abengourou (en Mai 2019),

Les derniers développements sur la formation du bureau de notre Assemblée Nationale ont achevé de convaincre les observateurs les plus sceptiques d’une absence de volonté de nos gouvernants à conduire le pays vers un développement harmonieux, inclusif, et paisible. Comment comprendre que des hommes de loi aillent solliciter une intervention étrangère pour appliquer des règlements qu’ils se sont donnés librement eux-mêmes. Imaginez un seul instant que les États-Unis, ou la France aillent demander l’intervention de l’Allemagne ou du Japon pour les aider à régler des différends qui les opposent dans l’une de leurs chambres législatives. Si l’opinion trouverait cela ridicule, pourquoi alors nous ferions cela chez nous, lorsqu’on aspire à égaler ces grandes démocraties?

Comme à son habitude, le Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, ancien président de la République, ancien Chef d’État, s’est exprimé sur quelques maux qui rongent la société ivoirienne le 5 Juin dernier. En guise de réponse, le gouvernement, par la voix de son porte-parole, a fait une déclaration pour le moins surprenante le 8 Juin dernier. En effet, au lieu d’apporter des réponses claires basées sur des investigations objectives, nous avons assisté à une fuite en avant consistant ici à calomnier le Président Bédié. Ainsi, le Porte-parole du gouvernement a délibérément choisi des morceaux des propos du Président Bédié, qui sortis de leurs contextes, visent à ternir l’image du Président du PDCI-RDA afin de le discréditer.

Nous condamnons ce genre de comportement et nous dénonçons toute manœuvre dilatoire tentant à reléguer nos revendications légitimes à un vulgaire acte de haine envers les non-nationaux. Quel est donc ce pays ou réclamer les intérêts des nationaux devient xénophobie?

D’ailleurs, pour nous, une catégorie d’hommes politiques se sont discrédités pour avoir échoué, ou pire, pour avoir refusé de réconcilier les ivoiriens à la suite de la crise fratricide qui a opposé toute notre nation depuis 2002. Comment comprendre qu’on veuille fermer les yeux sur des situations confligènes alors que le pays sort de violences jamais connues auparavant?

En conséquence de tout ce qui précède, nous réitérons notre adhésion à l’appel du PDCI-RDA du 20 Mai 2019, à savoir :

  • Des actions concrètes pour la réconciliation véritable entre les ivoiriens
  • La mise en place d’une véritable politique de désarmement vrai et effectif
  • La fermeture immédiate de tous les sites d’exploitation illicites d’or sur le territoire national
  • Un dédommagement juste et équitable de toutes les victimes des conflits
  • Une Assemblée Nationale fonctionnelle, respectant les lois préétablies.
  • Une enquête parlementaire (et du Senat) sur le désarmement des civils en armes en Côte d’Ivoire.
  • Enfin, une refonte totale de la CEI comme recommandée par la décision de la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples en date du 18 novembre 2016.

 Afin de ne point contribuer à ces manœuvres de pure diversion qui mettent gravement à mal la cohésion sociale à la veille des élections présidentielles de 2020, nous renouvelons notre soutien au PDCI-RDA et à son président. Nous nous joignons à l’élan de solidarité agissante de tous les fils et filles dignes de Côte d’Ivoire autour du Président Henri Konan Bédié.

Longue vie au PDCI-RDA.

Fait à Atlanta le 25 juin 2019                                             Le Délégué Général

Dr. Laurent Bassa   

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment