10212018Headline:

Le procès Gbagbo-Blé Goudé sera au cœur d’une causerie-débat sur la CPI à Abidjan.

Le lundi 1er octobre 2018 marque un tournant important, voire déterminant dans l’évolution du procès conjoint de Laurent Gbagbo, ancien président ivoirien, et de son dernier ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé. Les juges doivent, au terme de l’audience qui a repris depuis ce jour, statuer sur une requête introduite le lundi 23 juillet 2018 par la défense des détenus ivoiriens, demandant l’acquittement total pour toutes les charges retenues contre leurs clients. Le procès ‘’ le Procureur c Laurent Gbagbo et Blé Goudé ‘’ va-t-il alors connaître son épilogue ou un autre rebondissement ? La décision des juges sera connue, selon de bonnes sources dans quelques mois.

D’autres précisent le mois de décembre 2018. « Nous allons évaluer les preuves et décider en toute objectivité. C’est vrai que ce n’est pas facile de prendre une décision unanime à trois. Nous sommes trois juges qui venons de systèmes juridiques différents, mais il nous appartient d’évaluer, à travers des échanges, la véracité des preuves », assure le juge président Cuno Tarfusser, dans des propos rapportés dans L’inter du 6 octobre 2018. En attendant, les avocats de la Défense ont obtenu le report de l’audience au 12 novembre 2018. « Nous avons reçu un document très volumineux émanant du procureur et qui fait 1093 pages en anglais, avec plus de 6000 références mises aux pieds de pages. Nous jouons la liberté de notre client à ce stade de la procédure. Il faut avancer avec une prudence. Nous évitons les pièges », justifie Me Claver N’dri, membre de l’équipe de défense, dans L’inter du mercredi 03 octobre 2018.

Ce round de cette bataille juridique à la Cour pénale internationale (Cpi) revêt donc un caractère hautement capital. Il a le chic de raviver davantage l’espoir chez tous les partisans des deux détenus. Ils étaient d’ailleurs plusieurs centaines, voire des milliers, à s’être mobilisés depuis lundi à La Haye pour vivre en direct cette reprise d’audience, après sa suspension le 20 janvier 2018 suite au passage du dernier témoin de l’accusation.

Flashback. Une fiche récapitulative de ce procès le présenterait comme suit : 23 mois d’audience (janvier 2016 – janvier 2018), avec des périodes de suspension et de vacances judiciaires, 82 témoins de l’accusation présentés à la barre sur 138 annoncés. Parmi eux, des leaders et personnalités politiques membres des deux camps au conflit (camp Ouattara et camp Gbagbo), des officiers supérieurs de l’armée, et des forces de sécurité ivoiriennes, notamment les généraux Philippe Mangou, Guiai Bi Poin, Tiapé Kassaraté, Brédou M’bia. Des médecins légistes, des experts en balistique, des ingénieurs militaires, ainsi que des victimes, parents de victimes et témoins oculaires d’atrocités liées à la crise, ont également défilé à la barre. Seul objectif, faire éclater la vérité. Mais après environ deux ans d’audience, cette vérité reste encore une inconnue. Au final, de nombreuses questions subsistent, surtout au moment où l’équipe de défense demande l’acquittement pour leurs clients.

Quel est l’état des lieux du procès Gbagbo-Blé Goudé devant la Cpi ? Son impact sur la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire, l’avenir de cette justice dans un contexte de fronde de plusieurs États africains, et des critiques acerbes de l’administration Trump contre la juridiction internationale ? Ce sont autant de questions et bien d’autres auxquelles l’Observatoire ivoirien des droits de l’Homme (Oidh) souhaite apporter des réponses, au moment où la Cpi totalise 20 ans d’existence depuis l’adoption du traité de Rome qui l’a instituée.

La Cpi au scanner. L’Oidh initie à cet effet une causerie-débat le jeudi 11 octobre 2018 dans un grand hôtel à Abidjan, sur le thème : « La Cour pénale internationale vingt ans après : parcours et bilan d’un combat en vue de la lutte contre l’impunité, notamment en Afrique ». Des juristes de renom, des experts en relations internationales, des acteurs de la société civile, des activistes de droits de l’Homme, des Instituts engagés dans la recherche de la paix et la sécurité mondiales, des hommes politiques, des journalistes, des professeurs d’université, venus de plusieurs pays vont se retrouver ce 11 octobre 2018 pour débattre.

L’objectif visé, selon une note de l’Oidh que nous avons consultée, « est d’attester ou non du caractère équitable et de l’impartialité des procédures à l’égard des accusés, des victimes et des témoins ». Une grande table ronde qui devra susciter le débat sur les enjeux de ce procès des détenus ivoiriens à la Cour pénale internationale. Cela permettra aux citoyens, envisage l’Oidh, de comprendre les tenants et les aboutissants de cette procédure et de fonder leur propre opinion.

A côté du thème principal, plusieurs sous thèmes, notamment ‘’ le procès Gbagbo et Blé Goudé devant la Cpi : vues à mi-parcours ‘’, ‘’ Justice post crise en Côte d’Ivoire et réconciliation nationale effective : quelles conditions et quelles stratégies ? ‘’, et ‘’ Partage d’expériences de justice post-crise : le cas du Sud Soudan, de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo, du Mali et de la Guinée ‘’, vont meubler cette rencontre.

Hamadou ZIAO

ivoire soir.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment