12152017Headline:

Le témoin Abdoulaye Doumbia s’addresse à la CPI : « Vous êtes le seul espoir pour nous »

La Cour pénale internationale (CPI) a enregistré deux témoignages ce mercredi 15 novembre 2017 dans le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Il s’agit de deux victimes qui se sont prononcées sur les évènements survenus en avril 2011 à Mami Faitai, sous-quartier de Yopougon.

Par Abraham Kouassi

Dans son audience de ce mercredi 15 novembre 2017, la Cour pénale internationale (CPI) a vu le passage de deux témoins dans le cadre du procès conjoint de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Il s’agit de Camara Fatoumata et Abdoulaye Doumbia.

Le dernier cité, né en 1954 et originaire de Séguélon dans le nord de la Côte d’Ivoire est apparu très ému à la barre. Sanglotant par moments, le témoin a expliqué comment la perte de ses deux fils qui auraient été tués en même temps que plusieurs autres jeunes de Mami Faitai, a impacté négativement sa vie.

 

« Vraiment, je ne pourrais rentrer dans les détails. La mort de mes enfants m’a affectée. J’avais des maux de tête pendant 4 ans. Cependant, je dois m’exprimer mais, ça va être dur pour moi. Ces enfants étaient tout pour moi. Ces enfants ont commencé à travailler pour m’entretenir donc imaginez (…) Ils étaient tout pour moi. Ils me donnaient à manger et s’occupaient des enfants à l’école », a-t-il relaté.

Chef central du quartier au moment des faits, Abdoulaye Doumbia est revenu sur son rôle à Mami Faitai lors du second tour de la présidentielle ivoirienne.

« Un chef ne fait pas de politique, a-t-il assuré. Le problème du chef, c’est celui du quartier. Etre chef et faire partie d’un parti politique, ce n’est pas la même chose. S’il y a des problèmes dans le quartier, nous nous réunissons pour mettre fin à cela. Le chef appartient à toute la communauté ».

 

Achevant son témoignage, l’homme de 63 ans a souligné l’importance de la Cour. « Que Dieu vous garantisse longévité. Si vous n’aviez pas été là, nos enfants seraient morts pour rien. Je remercie le Bureau du Procureur. Tout le monde. Lorsque vous travaillez bien, vous êtes à féliciter. Vous êtes le seul espoir pour nous. Vous nous avez beaucoup aidé. Depuis la mort des enfants, je n’ai rien reçu. Nous demandons de l’aide. Puisse Dieu vous faire avancer. Que tout aille pour le mieux », a-t-il dit.

Quant à Camara Fatoumata qui a indiqué à la Cour avoir perdu deux frères au cours des violences post-électorales, elle a conclu son témoignage en revenant notamment sur les circonstances de la découverte du corps de 18 personnes à Mami Faitai. Le procès se poursuit ce jeudi 16 novembre 2017 avec l’audition d’un nouveau témoin.

ivoirejustice

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment