12172018Headline:

Le verdict des scrutins couplés du samedi 13 octobre 2019 est définitivement tombé à la CEI, voici le nombre des Maires et des présidents mal élus.

Le verdict des scrutins couplés du samedi 13 octobre 2019 est définitivement tombé, mardi 16 octobre 2018, à la Commission électorale indépendante (Cei). 92 mairies sont revenues au Rhdp, 56 aux Indépendants, 50 au Pdci-Rda, et 02 au Fpi. 18 régions ont été raflées par le Rhdp, 06 gagnées par le Pdci-Rda, 03 par les indépendants et 1 région a été prise par le Front populaire ivoirien (Fpi) de Pascal Affi N’Guessan.

Au moins 81 maires élus sur les 200 et 11 présidents des conseils régionaux ont bénéficié des plus maigres écarts en pourcentage sur leur adversaire pour accéder à leurs fauteuils respectifs. De l’avis de nombreux observateurs, ces présidents de conseils régionaux et ces maires « ont été mal élus », n’ayant pas pu franchir la barre des 50 % des votants et le cap des 1.000 voix. Grâce à une poignée d’électeurs, ils ont été élus d’un cheveu, sur la base d’un score et d’un pourcentage très peu honorable. Le maire le plus mal élu, voire le plus mal classé de Côte d’Ivoire à ces municipales du 13 octobre 2018, se nomme Koudougou Traoré Moussa, du Rhdp. Il a été élu avec 581 voix, soit 34,32 % sur un total de 1.727 votants. Il est suivi de Nahounou Yaba Louis, également du Rhdp, élu maire de la commune de Grand-Zatry. Il a obtenu 716 voix, soit 24,68 % des suffrages exprimés. Vient ensuite M. Thio Disso (Rhdp), élu à Fronan, avec 847 voix, sur 1.128 votants, soit 38,55 %.

Un autre maire au bas de l’échelle des élus s’appelle Abadi Miezan Charles. Il a été élu avec 976 voix, soit 38,26 % des suffrages exprimés à Zikisso. Il est candidat indépendant. À Guiberoua, une dame, qui n’a pas du tout brillé dans les urnes, s’est imposée avec un score pour le moins négligeable. Candidate indépendante, Mme Zézé Saoussa Nicole Princesse n’a recueilli que 917 voix sur 1.715 votants, face à 5 candidats dont celui du Pdci-Rda et du Rhdp. À Guinteguela, Booko, Koonan, Ouaninou et Touba, les candidats ont volé très bas. Ainsi, Bamba Mamadou, indépendant, s’est fait élire avec 579 voix, soit 37,70 % sur 880 votants, à Koonan, le candidat indépendant Bamba Abou a recueilli 652 voix, soit 25,92 %, alors que Dosso Youssouf du Rhdp rafle 1.523 voix pour un pourcentage de 46,12 %, quasiment le même score obtenu à Booko par Inza Bamba, 1.240 voix, soit 49,96 %.

Ouattara Daouda est un autre maire très mal élu. Ce candidat indépendant n’a recueilli que 898 voix à Sandegué, soit 48,99 %. Arrive Blé Sailly Félix, à Gueyo, pour le compte du Pdci-Rda. Celui-ci a été élu avec 1.050 voix, représentant un pourcentage de 45,45 %. À Kouassi-Datékro, Sinan Bakari, proche du Mfa d’Azoumana Moutayé, s’est fait élire avec 1.015 voix, soit 36 %, tout comme Oulayes Yao Kpoulalé François (Pdci-Rda), élu avec 1.331 voix, soit 36,36 %. Dans la région de Worodougou, notamment à Massala et Djibrosso, Diomandé Salimata (indépendante) et Traoré Karamoko (Rhdp) se sont fait élire avec 1.060 voix, soit 34,29 % et 866 voix, soit 52,07 %.

Pas de majorité requise…

La liste des maires mal classés est longue. À Worofla, le candidat indépendant Bamba Bouaké a été élu avec 909 voix. À Azaguié, N’Douci, Rubino, Sikensi et Tiassalé, les candidats élus ont fait plutôt de la figuration avec des scores largement en dessous des 50%. 46,08% pour Koulibaly Mamadopu (indépendant) à Azaguié, 21,68% en faveur de Oboumou Golé Marcelin (Pdci-Rda) à N’Douci, 1.334 voix, soit 39,86% pour Dessi Hubert (Pdci) à Rubino, 44,15% recueillis sur la base de 4.184 voix en faveur N’Gatta Brié Joseph à Sikensi, 34,43% pour le Pdci-Rda conduit par N’Gom Allassan William à Taabo, et 37,79% pour le journaliste Assalé Tiémoko Antoine à Tiassalé. Baillet Benoît Séverin (Rhdp) a obtenu 43,35% à Guiglo, Baou Doué Jean-Joël (indépendant) est élu avec 1.396 voix soit 31,78% à Bloléquin, Bamba Aboudrahane (Rhdp), 1.680 voix soit 47,81% à Nassian, Cissé Namory (indépendant), 1.950 voix, soit 31,76% à Makono, Bomisso Gerald Benjamin (Rhdp), 1.093 voix, soit 31,76% à Kounahiri, Bamba Abou (indépendant), 1.408 voix, soit 47,92% à Kongasso. N’Dri Koffi Germain (Rhdp), Koné Karim Dotienne (indépendant), Sangaré Bakary (indépendant) font partie de ce contingent de maires élus à l’issue du scrutin du 13 octobre 2018.

Tous devraient être soumis à un deuxième tour… Doumbia Issouf (indépendant), Yacé Jean-Marc (Pdci-Rda), Ibrahima Cissé (Rhdp à Koumassi), Aby Raoul Akroubou Modeste (Pdci-Rda) à Marcory, ont obtenu des scores qui sont loin de leur dimension et de leur poids politique dans leurs formations politiques respectives. 49,17% pour l’ancien ministre Rdr Cissé Ibrahima dit Bacongo à Koumassi, 47,29% pour Aby Raoul à Marcory, et 41,63% en faveur de Yacé Jean-Marc à Cocody. À Yopougon, Gilbert Kafana Koné, ministre de la République, le maire sortant réélu, n’a pas pu franchir la barre des 50%, tout comme Keleresseri Koné (Rhdp) qui a obtenu 30,88% à Goulia. Doumbia Yacouba (indépendant) a fait 47,27%, Kouassi Kouadio Jean-Marc (indépendant), 44,78%, Koumoin Konan René (Pdci-Rda), 49,71%, et Beugrefoh Tchekré Fulbert, Sangaret Zié Léonard (Rhdp), 47,96%, Bagrou Goli (Pdci-Rda) à Diégonéfla, 48,16%, Garou Antoni (indépendant) à Ouaragahio, 35,93%, Yédé Niagne Jean-Claude, 43,01% à Dabou, Gnagne Daniel, 38,94% à Grand-Lahou, le journaliste Beurgé Joachim (indépendant) à Jacqueville, Gah Yemonli Arsène, 33,78% à Bangolo, Guibony Oulia Deyezon Honoré (Pdci-Rda), 29,36% à Duékoué, Guei Monin Gabriel (Rhdp), 41,58% à Facobly, Ouattara Souleymane, 34,65% (Rhdp) à Dabakala, Blaise Kinampinan Coulibaly (Pdci-Rda) à Tortiya, avec 47,16% sur 1.401 votants.

Pour ce qui les concerne, Kouamé Bah Jean Yves Yao (Rhdp), s’est fait élire avec 1.040 voix, pour 33,22%, ainsi que Fanny Karim (Rhdp), 38,89%, Bouazo Noahi (Pdci-Rda) à Issia, 42,56%, N’Zi Kouamé Antoine (Pdci-Rda, 34,46% à Ouellé. Ékra Kouakou Antoine (Pdci-Rda) à Prikro, Mandjoba M’Bia Roger (Pdci-Rda) à Agnibilékrou, Amonkou Akpo Antoine (Pdci-Rda) à Adzopé, Ayé Apo Agnès épouse Monnet (Fpi) à Agou, etc., ont fait piètre figure en dépit de leur victoire. Au niveau des régionales, 11 des 30 présidents élus n’ont pas pu atteindre la barre des 50%. Il s’agit, notamment, de Ouloto Anne Désirée (Rhdp) dans le Cavally, Cissé Sindou (Rhdp) dans le Folon, Mangoua Koffi Saraka (Pdci-Rda) dans le Gbêkê, Légré Dakpa Philippe (Rhdp) dans le Gboklè, Kobenan Kouassi Adjoumani (Rhdp) dans le Gontougo, Alphonse Djédjé Mady (Pdci-Rda) dans le Haut-Sassandra, Zakpa Kobenan Tchekoura Rolland (Rhdp) dans le Lôh-Djiboua, Zamblé Bi Zanhoury Zéphirin (indépendant) dans la Marahoué, Pascal Affi N’Guessan (Fpi) dans le Moronou, Beugré Donatien (Pdci-Rda) à San-Pedro, et Bouaké Fofana (Rhdp) dans le Worodougou. Nous aurions été dans un système électoral à scrutin majoritaire à deux tours, que tous ces candidats élus n’ayant pas recueilli, au premier tour, la majorité requise pour l’emporter, seraient aller au deuxième tour.

 

fratmat.info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment