07152019Headline:

Législatives 2016/Le rideau tombe sur la campagne- un retour sur Ces candidats qui insultent les Ivoiriens

Le rideau tombe sur la campagne officielle des législatives  ce vendredi 16 décembre 2016. Retour sur la pluie de promesses de certains candidats. Des promesses fallacieuses qui frisent parfois l’insulte vis-à-vis de l’intelligence des Ivoiriens.

« Je ferai de Bassam la première ville émergente de Côte d’Ivoire », a annoncé le premier ministre Daniel Kablan Duncan lors du lancement officiel de sa campagne samedi 10 décembre dernier à Bassam. Non sans promettre la construction d’un hôpital moderne d’une valeur de 70 milliards de Fcfa, la création d’emploi pour les jeunes et les femmes, l’ouverture de l’embouchure en début d’année 2017, la création d’un lycée d’excellence pour les jeunes filles… D’emblée, des questions nous viennent à l’esprit. Qu’est-ce qu’une ville émergente ?  Avec quels moyens le futur député Duncan dont le salaire sera estimé à 2 millions réalisera-t-il toutes ces promesses ? D’aucuns diront que le Premier ministre usera de ces moyens financiers et de son statut pour atteindre ses objectifs. Dans ce cas, le bon aurait voulu que le ministre des finances (1990-1993), Premier ministre (1993-1999),  Premier ministre depuis 2011, qu’il est, fasse le bilan de ces réalisations sociales à Bassam.

Adama Toungara

Le fantomatique maire d’Abobo s’est enfin réveillé de son hibernation pour se rappeler de l’existence du phénomène des gangs à la machette communément appelés ‘microbes’’ qui pullulent dans sa commune. « Il n’est pas normal que nos enfants se lèvent et aillent découper certains de leurs camarades. Ceci n’est pas acceptable…Nous allons prendre des dispositions pour que le phénomène des ‘’microbes’’ s’arrête à Abobo…», s’est-il convaincu durant cette période de campagne.

Adama Bictogo

Pour sa part, le bouillant député d’Agboville promet de faire don de son salaire et de mettre à la disposition des femmes de sa circonscription la somme de 50 millions pour leurs activités. L’homme d’affaire, député à sa propre succession devrait au préalable dire à ses mandants ce qu’il faisait de ce salaire durant son premier mandat. Il est donc légitime de se poser la question de savoir pourquoi maintenant.

Flôkô ou T.E ?

En Nounschi (jargon ivoirien), le terme Flôkô désigne le mensonge. Il n’est pas loin du T.E qui renvoie à la roublardise. C’est de ces stratégies qu’use Koné Abdoulaye (député sortant-RDR) dans le Folon. Il n’hésite point à attribuer au chef de l’Etat des intentions susceptibles de ternir son image. « J’ai reçu des instructions directes du Président Alassane Ouattara qui a décidé de fermer les vannes de l’électrification, de l’adduction en eau potable et de la voirie aux populations de Minignan, Kaniasso et Sokoro si vous élisez mon adversaire, Mme Chantal Fanny, candidate indépendante pour vous représenter à l’Assemblée Nationale, à l’issu du scrutin législatif du 18 décembre prochain ».

 

Manipulation ?

Que dire de Kouadio Konan Bertin (KKB) ? Chassé de sa famille politique (Pdci-Rda), le désormais candidat indépendant a sorti de son escarcelle une nouvelle trouvaille. Faire croire que le président dudit parti Henri Konan Bédié veut nuire à sa vie pour avoir rendu visite à l’ex-président Laurent Gbagbo. Une perche qu’il tend ainsi aux partisans de ce dernier aux fins de s’arroger leurs voix. Les exemples sont légions. Fort heureusement, le peuple ivoirien désormais auréolé de son expérience politique ne se laissera certainement pas gagné par de telles diversions.

Cyrille NAHIN

imatin

 

 

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment