12112016Headline:

L’employé de domicile du Ministre disparait avec une malette de 300 millions de Fcfa.

Robert Nkili

Le domicile d’André Mama Fouda, le ministre camerounais de la Santé publique, a été victime d’un cambriolage, dans la soirée du mardi 21 avril, alors que le membre du gouvernement, se trouvait en mission dans les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest du pays.
Selon un quotidien privé local, des individus armés, se sont introduits dans la résidence d’André Mama Fouda, ce 21 avril 2015, au quartier « Obobogo Search Obobogo », de Yaoundé. Ils y ont ligoté le personnel, jardiniers, cuisiniers et vigiles, passé la villa au peigne fin, avant d’emporter un coffre-fort, dont le contenu n’est pas encore dévoilé.

Récurrence

Ce n’est pas la première fois que le ministre de la Santé publique est victime d’un cambriolage. Le 14 mai 2010, le Minsanté Search Minsanté dépose une plainte à la police judiciaire, contre des personnels en service dans sa résidence, pour vol à répétition.

Selon des chiffres avancés par la police, le Minsanté, reproche à son cuisinier, à son jardinier et à son agent de ménage, d’avoir soutiré au bas mot… 300 millions FCFA, des multiples sacs d’argent cachés dans son domicile.

Lors de la garde à vue, les enquêtes révèlent que ces personnes ont pu se doter de villas cossues, de véhicules, de petits commerces et de … quincaillerie.

Fin 2010, au quartier Etoug-Ebe Search Etoug-Ebe de Yaoundé, chez Robert Nkili, alors ministre du Travail et de la sécurité Sociale (Mintss), une mallette d’argent contenant la somme de 300 millions FCFA, disparaît.

Selon la police, le cuisinier avait attendu que son patron rentre, pour servir le souper à toute la famille. Il est alors 20h30, lorsque le cuisinier décide de prendre congés, son maitre lui donne 2 billets de 1000 Fcfa pour son taxi, mais en partant, le chef-cuisinier emporte la mallette dans un sac poubelle.

Le ministre porte plainte à son chef cuisinier mais ce dernier reste introuvable. Le ministre tient à son image, il procède au retrait de sa plainte. L’affaire est sans suite jusqu’à ce jour.

En décembre 2010, Gilbert Tsimi Evouna, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé (Cuy), et par ailleurs trésorier du Rdpc, le parti au pouvoir, fait arrêter son chauffeur, pour un vol de plus de … 300 millions Fcfa.

Les enquêtes, révèlent que fils de Tsimi Evouna, étudiant à l’époque des faits, est complice du chauffeur.

La police découvre que le chauffeur est propriétaire de plusieurs biens, (véhicules, porcherie, motos, maisons…). Le fils quant à lui, mène grand train de vie avec ses copains de l’Université, et possède un véhicule qu’il tient à l’abri du regard de son père, réputé « radin ».

«Chaque fois que le fils entrait dans la chambre parentale, il retirait au bas mot, 3 millions dans la mallette sans que son père s’en rende compte », révèlent des sources sécuritaires.
Tsimi Evouna, procède au retrait de la plainte, par peur de voir son fils impliqué dans l’affaire.

Les populations, elles sont choquées par tant de d’embourgeoisement d’une certaine classe, dans un pays où plus de la moitié de la population active, vit avec moins d’un dollar/jour.

Elles ne s‘expliquent pas que des individus hauts placés, cachent sous leur plafond, des sommes aussi importantes, de l’argent issu des « pots de vin », ou des caisses de l’Etat, qui se retrouve dans les domiciles privés, et qui finit dans les cambriolages.

Armand Ougock, Yaoundé

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment