07082020Headline:

Les « Surgeons du FPI », mouvement proche de l’ex-ministre Lazare Koffi Koffi dit non à Assoa Adou

Les « Surgeons du FPI », mouvement proche de l’ex-ministre Lazare Koffi Koffi, lui-même proche de l’ex-Première dame Simone Ehiivet Gbagbo dit non à Assoa Adou qui a décidé de lancer une campagne massive pour l’enrôlement des militants du FPI, en vue de la présidentielle d’octobre 2020. Ci-dessous la note transmise à Afriksoir soir intitulée « Réaction contre la note circulaire n°0008/2020 relative à l’établissement des documents administratifs du 18 mai 2020, signé du Dr Assoa Adou, Secrétaire Général du FPI », qui va, sans doute, ouvrir un autre front au FPI, visant à boycotter les futures élections

Le mardi 18 mai 2020, Dr Assoa Adou, Secrétaire Général du FPI, à travers la note circulaire n°0008/2020, appelle les Ivoiriens à aller se faire établir les pièces administratives malgré le coût élevé et les difficultés d’accès aux centres d’établissement de ces pièces. De plus, le SG Assoa Adou motive cette note circulaire par une décision qui serait prise par le comité central, en sa session extraordinaire du 13 mars 2020 à la Riviera Golf aux fins de rendre responsable tout l’appareil de décision d’un acte qui frise la capitulation du FPI dans le combat qui l’oppose au régime totalitaire d’Alassane Ouattara et aux forces impérialistes occidentales qu’incarne la France, conformément à l’article 3 des statuts. Cette décision intervient suite à des faits précis qui méritent attention :

– Le 11 mars 2020, le SG Assoa Adou a animé unilatéralement, sans l’avis ni du secrétariat général, ni du comité central, une conférence de presse au-cours de laquelle, il appelait les Ivoiriens à « aller se faire établir les pièces d’identité en attendant que le parti se batte pour sa gratuité » . Les réactions des militants sur les réseaux sociaux et dans les bases ont bien montré un mécontentement général.

– Le 13 mars 2020, contrairement à ce qui ressort de la note circulaire, le comité central, renvoyant le SG Assoa Adou à ses copies, le somme de rectifier le tir.

– Le 14 mars 2020, lors du meeting de la jeunesse du FPI, le premier responsable de la structure, le SGA du FPI – SNI de la JFPI, Dahi Nestor, menaçait la direction en ces termes : « Si dans deux semaines, la direction du parti ne nous met pas en mission, nous prendrons nos responsabilités. »

– Le 15 mars 2020, alors qu’il était un simple invité au meeting du PDCI-RDA à Yamoussoukro, Dr Assoa Adou, comme agacé par les nombreux reproches à lui faits par les militants, tente maladroitement de se dédire en lançant à la foule : « Je demande aux jeunes et aux Ivoiriens d’envahir, dès demain, les centres d’enrôlement pour se faire établir gratuitement la carte nationale d’identité. »

Cette maladresse du Secrétaire Général du FPI aura pour conséquences immédiates de nouvelles arrestations de jeunes Ivoiriens à Yopougon pour des faits de casse de matériels d’enrôlement. Ces jeunes croupissent en ce moment en prison et sont royalement oubliés par Dr Assoa Adou qui les avait mis en mission, alors que lui a le secret de résister à une arrestation. Cette affaire « d’arrestation du SG Assoa Adou » classée sans suite, le Secrétaire Général actionnera même ses partisans à rechercher incongrûment des commanditaires de ses déboires avec la police.

– Notons aussi que depuis lors, aucune instance légale du parti n’a pu se réunir, surtout que le Dr Assoa Adou, à travers des communiqués, a interdit avec insistance, toutes réunions des organes statutaires du parti, pour, dit-il, faire observer les mesures prises par le gouvernement pour ralentir la propagation du COVID 19, bien qu’aucun parti politique en Côte d’Ivoire n’en a fait autant.

Pour rappel,
1- Le SG Assoa Adou, dans un communiqué interdisant la marche des patriotes de la diaspora à Bruxelles pour réclamer la levée des restrictions imposées au Président Laurent Gbagbo alors acquitté et libéré depuis le 15 janvier 2019, a clairement dit que le Président se sentait bien à cet endroit et qu’il fallait se garder de troubler la quiétude des Autorités bruxelloises qui n’hésiteraient pas à le livrer à la CPI, s’il y avait des manifestations dans leur cité.

2- Un meeting du FPI avec le PDCI-RDA, prévu à Yopougon – Figgayo, a été délocalisé à Port-bouët puis annulé par le SG Assoa Adou et ses alliés du PDCI-RDA, sur de simples menaces de personnes proches du régime, alors que l’occasion était toute offerte pour montrer à Emmanuel Macron, Président de la France, en visite officielle à Abidjan, que la démocratie « tant souhaitée » par son pays en 2011 est totalement assassinée par leur poulain en Côte d’Ivoire.

3- Au comité central du 13 mars 2020, avant le début des débats à cette session extraordinaire, le camarade Mobio Amon Célestin, Secrétaire Général de la fédération d’Alepé, a été sauvagement séquestré et mis dehors par des loubards, non membres du comité central, commis spécialement par le SG Assoa Adou.

Au regard de tout ce qui précède, les Surgeons du FPI notent, avec amertume, le silence des organes statutaires. Et pourtant, une telle attitude exalte malheureusement une démission collective et une complicité des graves déviations de la LIGNE du Parti. Dès lors, les Surgeons du FPI, réunis ce jour, prennent acte de ce document qui est la manifestation de la capitulation de Dr Assoa Adou et ses amis membres de la direction qui, ont fait le choix de l’abandon du peuple de Côte d’Ivoire assez paupérisé et fragilisé par des injustices sociales.

Les Surgeons du FPI :
1- Appellent au rassemblement de tous les militants et sympathisants encore lucides et restés dignes ;
2- Rassurent tous les démocrates Ivoiriens, Africains et du monde entier que le FPI ne sombrera pas ;
3- Rassurent tous les démocrates que la lutte pour le retour effectif du Président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire et le retour au pouvoir du FPI ne s’arrêtera pas ;
4- Appellent les structures de base à tirer toutes les leçons de cette capitulation manifestée par un conformisme outrageant de certains cadres du FPI complices du SG Assoa Adou ;
5- Se tiennent toujours aux côtés du peuple Ivoirien épris de justice, de paix et de liberté pour briser les chaînes de la domination étrangère.

Fait à Abidjan, le 22 mai 2020

Pour les Surgeons du FPI

Serges Kpélé
Coordonnateur chargé des relations publiques

Lire sur Afrik soir

Comments

comments

What Next?

Related Articles