01172017Headline:

Les témoins de Bensouda et les difficultés de la CPI à la veille de l’audience du 4 Mars 2016

bensouda

Les témoins de l’accusation dans le procès Gbagbo-Blé Goudé demeurent au cœur de l’actualité de la Cour pénale internationale (CPI) dans la presse ivoirienne cette semaine. Des quotidiens qui se sont aussi fait l’écho des difficultés que rencontre l’institution dans la conduite de sa mission. Revue.

Cette semaine, la presse d’opposition rapporte le désistement de témoins « clés » de l’accusation et ébruite des rumeurs de subornation d’un certain « témoin P 238 » par le pouvoir ivoirien. De L’inter, l’on apprend qu’un témoin aurait même été conduit manu militari à La Haye… De quoi faire réagir le bureau du procureur de la CPI, par la voix de son conseiller Pascal Turlan.

« Aucun témoin n’a été ou n’est l’objet d’un mandat d’amener qui aurait prétendument été émis par la CPI dans cette affaire », a répondu Pascal Turlan par courrier électronique au quotidien soirinfo.

La récurrence de ces informations concernant les témoins de l’accusation font croire au journal LG infos que « Bensouda va jeter l’éponge… ». Quant à la défense, elle attend « de pied ferme » la procureure à la reprise, annonce LG infos. « Nos témoins seront fonction de ce que nous aurons entendu », a confié à soirinfo Me Claver N’Dri, du Conseil de Charles Blé Goudé.

Des « difficultés » de la CPI

L’esplanade de la CPI aurait été « interdite » aux partisans de Laurent Gbagbo, relayait jeudi Le Jour Plus. Une interdiction de courte durée à en croire Le Temps qui affirme ce vendredi 4 mars que la mairie de « La Haye donne autorisation aux organisations à marcher et à se rassembler devant la CPI de 8h30 à 17h30 ».

Pour le journal bleu, c’est un désaveu pour l’institution judiciaire « confrontée à de sérieuses difficultés » à quelques jours de la reprise du procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, note soirinfo dans sa parution du 3 mars.

La Cour a dû opérer « de grands changements » dans son fonctionnement, modifiant le règlement de procédure et de preuve, commente Nord-Sud Quotidien.

Désormais, pour statuer sur l’infraction d’atteinte à l’administration de la justice, et la confirmation des charges et de procès, « seul un juge va s’en charger, là où ce sont trois qui le faisaient par le passé », explique soirinfo.

De son côté, la procureure Bensouda prend au sérieux « le cri de colère des chefs d’Etat africains contre son Institution ». En témoigne, selon les journaux du groupe Olympe, le récent séjour de la Gambienne à N’Djamena où elle aurait plaidé auprès du président en exercice de l’Union africaine (UA), pour être « admise à participer aux réunions de l’Union Africaine ».

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment