05252017Headline:

L’Etat de Côte d’Ivoire assigne Sidiki Bakaba en justice à Paris /les raisons

sidiki

C’est une exclusivité abidjanactu. L’Etat de Côte d’Ivoire a décidé d’attraire Sidiki Bakaba en justice pour crime contre l’humanité. Il vient de déposer une assignation contre lui auprès de la justice française.

Ex-directeur du Palais de la culture et proche de Laurent Gbagbo, Sidiki Bakaba se trouvait, au plus fort de la crise post-électorale, en avril 2011, dans la résidence de l’ancien chef de l’Etat où il avait été blessé lors des frappes des hélicoptères de la force Licorne, opération placée sous mandat onusien.

Peu après, Sidiki Bakaba, qui dispose également de la nationalité française, avait été évacué à Paris pour des soins. Depuis, il mène dans la capitale française une vie tranquille qui pourrait être troublée par cet épisode judiciaire.

Si le comédien, réalisateur et metteur en scène espérait revenir librement en Côte d’Ivoire, eh bien c’est raté.

Tronche d’un rebelle buté”; “La vache! Laissez-moi faire un gros plan de cette belle pièce saignante”… Les vidéos diaboliques de Sidiki Bakaba !!!

exclusivité l’assignation servie en France par l’Etat de Côte d’Ivoire à Sidiki Bakaba qui doit comparaître pour répondre à l’accusation de crime contre l’humanité. on  s’est attelé à comprendre pourquoi ce comédien, réalisateur et metteur en scène, a priori virtuose non-violent du cinéma, a pu être poursuivi pour une infraction d’une telle gravité.
Au fil de notre enquête, nous avons découvert des éléments qui dépeignent Bakaba sous les traits d’un personnage sanguinaire, dépourvu de tout égard pour la vie humaine, insensible, cruel et cynique.
A l’appui de son assignation, l’Etat ivoirien a évoqué l’action macabre de l’ex-directeur du Palais de la Culture qui aurait été de toutes les expéditions des escadrons de la mort et autres tueurs qui gravitaient autour de Laurent Gbagbo. De sang froid, Sidiki Bakaba filmait en direct des exécutions sommaires et exactions de toutes sortes. Il a capté en live, sous les yeux de Joël Nguessan, l’assassinat du chauffeur et du garde du corps de ce dernier.
Dans une de ces vidéos diaboliques, une voix commente: “Tronche de rebelle buté”. Dans une autre, alors que le crâne d’un être humain venait d’être réduit en bouillie à la mitraillette, la même voix laisse s’échapper ces mots: “La vache ! Laissez-moi prendre un gros plan de cette belle pièce saignante.”
Le jour où Sidiki Bakaba sera jugé, les âmes sensibles devront s’abstenir de suivre son procès.

abidjanactu

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment